PASSION MARILYN M.

Bienvenue sur mon blog dédié à l’éternelle Marilyn

24 décembre, 2010

L’ENTOURAGE DE MARILYN

Classé dans : ENTOURAGE,NEWS DIVERSES,Non classé — marilynetlouisXIV @ 9:10

Je me rends compte au fur et à mesure de la réalisation de ce blog qu’il arrive souvent qu’un nom revienne sans que l’on sache forcément de qui il s’agit exactement.

Pour parer à cela, dans cette rubrique seront répertoriées par ordre alphabétique les principales personnes ayant gravité autour de Marilyn tout au long de sa vie. Je tenterai de vous apporter à chaque fois une rapide bio et les circonstances qui les ont amenées à rencontrer notre belle.

Et là encore, si une de mes informations se trouvait être érronée ou fausse, n’hésitez pas à me le faire savoir afin que je corrige !

 

* Ruppert ALLAN  / 1913 – 1991

Il fut journaliste au magasine Look, puis rédacteur en chef de ce même magasine. Par la suite il devint attaché de presse de Grace Kelly, Kim Novak, Marlène Dietrich… entre autres.

Il rencontra Marilyn chez Johnny Hyde en 49, lors d’une réception chez le milliardaire, où il avait été convié en tant que photographe de Look.

Par la suite, il la retrouva en 53 puis s’occupa de sa promotion et publicité personnelle en tant qu’attaché de presse de 55 à 60.

En effet, en 1960, Grace Kelly, devenue Princesse de Monaco entre temps, le rappela à elle en lui proposant le poste de Consul Général de Monaco.

Il se fit remplacer auprès de Marilyn par Pat Newcomb.

raetmm.jpg   En 60, avec Marilyn aux Golden Globe Awards      

 raetkimnovak.jpg avec Kim Novak  raetgracekelly.jpg avec Grace Kelly

 

* José BOLANOS / 1935 – 1994

Réalisateur et producteur de cinéma mexicain, il rencontra Marilyn lorsqu’elle fit son voyage au Mexique, en février 62, pour aller chercher des meubles et de la décoration pour sa nouvelle maison à Fifth Helena Drive.

Ils se cottoyèrent souvent durant son séjour puis se revirent à L.A. C’est à son bras que Marilyn arriva le 5 mars aux Golden Globe. Ils auraient eu une liaison assez sérieuse mais on ne sait pas grand chose.

Un an après le décès de Marilyn, José Bolanos raconta au magasine Motion Picture qu’ils devaient se marier et adopter un enfant. Aucune preuve formelle ne vient étayer ses dires, bien entendu. Donc on ne peut se prononcer..

Ses détracteurs ne voient en lui qu’un opportuniste ayant trouver le moyen, en fréquentant Marilyn, de percer dans le cinéma américain, qui plus est à Hollywood. Il se serait donc uniquement servi d’elle.

Ses proches au contraire parlent d’une véritable histoire d’amour.

Seule Marilyn pourrait nous dire…

jb.jpg

 

* Jack CLEMMONS / 1922 – 1998

Sergent au West LAPD et, surtout, le premier policier arrivé sur les lieux le 5 août 62 au Fifth Helena Drive, à 4h25 du matin.

Et le premier à avoir trouvé suspect le décès de Marilyn et la « mise en scène » qu’il jugeait fabriquée de toute pièce. Il fut tout de suite interpellé par l’étrange comportement de Mrs Murray qui passait son temps à faire des lessives. A 4h et demie du matin et alors que sa patrone git morte à côté…

De plus tout était en ordre, aucun signe d’affolement, les flacons de somnifères vides bien alignés sur la table de nuit, le corps de Marilyn avec les jambes bien droites, etc, etc..

Il suspecta toujours quelque chose d’anormal et fut l’un de ceux qui luttèrent toute leur vie pour qu’une contre enquête soit ouverte et que la vérité éclate.

Mais on connaît la suite…

En attendant, ce fameux 5 août, il dut déjà trop parlé de tout ce qu’il trouvait « bizzare » car au bout d’à peine une demie heure il fut déjà remplacé par un supérieur hiérachique qui prit sa place et … « les choses en mains ».

Jack Clemmons était toujours le premier à parler et donner sa version des faits lorsqu’une émission télévisée faisait un sujet sur Marilyn. Et il a toujours été convaincu que quelque chose clochait…

clemmons.jpg

 

* Dr Hyman ENGELBERG / 1913 – 2005

 Le Dr Engelberg était médecin généraliste et ami proche du Dr Greenson et c’est ce dernier qui le recommanda à Marilyn en 1960, au moment de leurs premières séances.

A l’époque, Engelberg habite à Beverly Hills. hymann2.jpg

Il la soignera pour diverses affections, dont ses bronchites chroniques lors du tournage de Something’s got to give, mais interviendra surtout pour la préscription de nombreuses ordonnances de sommnifères et autres calmants. En quelque sorte, Greenson et lui se relayaient auprès de Marilyn pour lui administrer les « doses » nécessaires, soit par médiacaments soit par injections.

Le vendredi 3 août 62, Engelberg prescrit 25 capsules de Nembutal à marilyn (qu’elle alla acheter à la pharmacie San Vicente de Brentwood).

Selon différentes sources, Greenson appela Engelberg le lendemain, le samedi, pour l’envoyer chez AMrilyn lui faire des injections de sédatifs, ce qu’il refusa.

Enfin, le dimanche 5 août, à 3h40 du matin, c’est Engelberg qui appela les secours de chez Marilyn pour signifier son décès… hymann1.jpg

 

* Agnès FLANAGAN / 1902 – 1985

Agnès Flanagan était coiffeuse à la Fox.

C’est là, en 1950, qu’elle rencontra la jeune Marilyn qui jouait quelques scènes de Fireball.

Les deux femmes ne se quittèrent dés lors plus et Agnès devint la coiffeuse personnelle de Marilyn et la coiffa en toutes circonstances, que ce fut sur les plateaux de tournage (jusqu’à la fin)  ou lors de sorties privées (auquel cas, elle se rendait directement chez Marilyn).

Marilyn aimait beaucoup Agnès (qui le lui rendait bien) et, avec son habituelle générosité, lui fit de nombreux cadeaux tout au long des années qu’elles partagèrent ensemble.

 agns1.jpg agnesenterrement.jpg

Et si ce fut à Whitey Snyder, son maquilleur atitré, de rendre Marilyn jolie pour l’enterrement, c’est Agnès qui se chargea de la coiffer…

 

* Salvatore « Sam » GIANCANA / 1908 – 1975

Egalement appelé « Mooney »  « Sam the Cigar » ou « Sammy »

De 1957 à 66, patron de The Outfit, nom donné à la famille du crime organisé de chicago depuis 1910 ; reprenant ainsi la suite de Al Capone.

Parrain de la Mafia pour les uns, relation aussi proche que douteuse des Kennedy pour les autres, Sam Giancana reste une personnalité trouble. Arrêté 70 fois au cours de sa vie il ne fut pourtant emprisonné que 2 fois !

Proche du patriarche Kennedy, Joe, il l’aida à hisser son fils John Fitgerald au Congrés, étape essentielle pour l’accession aux Elections Présidentielles.

La relation entre Sam Giancan et les Kennedy (Joe, JFK et Bobby) fut étroite, voire amicale (quand les intérêts de chacun étaient servis) jusqu’aux élections de 1960. Lorsque JFK fut au pouvoir, il ne tint pas ses promesses vis à vis de lui et se lança, avec Bobby, dans une guerre ouverte contre le crime organisé et la Mafia.

Pour certains, Sam Giancana est directement lié à l’assassinat de JFK. Sous protection du FBI, il devait témoigner en 1975 à la commission d’enquête sur les assassinats de JFK et Bobby ; il n’en eut pas le temps et fut lui-même abattu d’une balle dans la tête, puis de 6 balles autour de la bouche, signifiant bien qu’on le réduisait au silence et donc, qu’il avait des choses à dire. C’était le 19 juin 1975.

Signature de la Mafia pour les uns, de la CIA pour d’autres…

Son lien avec Marilyn ? Les Kennedy et Franck Sinatra (lui même ami de Sam et de certains autres membres actifs de la pègre. Et ce, de longue date).

Il aurait rencontré Marilyn lors de son week end au Cal Neva lodge, fin juillet 62 ; le Cal Neva étant alors le fief de Sinatra et un endroit de délassement particulièrement apprécié de Sam Giancana et ses « amis ».

Quoiqu’il en soit, Marilyn lui aurait confié ses déboirs amoureux avec les frères Kennedy.

Dés lors, beaucoup de théories ont apparu…

Sam Giancana, engagé par la CIA,  aurait lui-même tué Marilyn pour qu’elle ne dévoile pas certaines choses à propos, justement, de la CIA.

Sam Giancana aurait suivi Boby jusque chez Marilyn, le soir du 4 août 62, et les aurait entendu se disputer puis Bobby partir ; il aurait alors laissé intervenir deux tueurs pour réduire Marilyn à un silence définitif en lui administrant une surdose de somnifères par suppositoirs. Et pour faire endosser le meurtre à Bobby afin qu’il le laisse faire son « business » tranquillement.

Et ainsi de suite…

On retrouve beaucoup de ces théories dans certaines biographies de Marilyn, notamment dans « Les Vies secrètes de Marilyn Monroe » ou « Histoire d’un assassinat » de Don Wolfe.

A lire.

Et à chacun de se faire sa propre opinion…

sg1.jpg sg2.jpg

 

* Dr Ralph GREENSON / 1911 – 1979

D’origine russe et de son vrai nom Roméo Samuel Greenschpoon.

gr2.jpg

Il était psychiatre et psychanaliste et avait fait ses études en suisse. Il avait également été analysé par Wilhelm Stekel, à Vienne, et Otto Fenichel, à Los Angelas.

Il doit ses heures de gloire et sa notoriété au fait que dans les années 50 et 60, sa clientèle fut exclusivement constituée des grandes stars holywoodiennes de l’époque comme Tony curtis, Viven Leigh ou encore Franck Sinatra.

Il fut le psychiatre de Marilyn à partir de 1960, recommandé par Mickey Rudin, avocat de Marilyn et beau-frère de Greenson… (pour la petite histoire, il acheta également une hacienda en 61 à un certain couple, Mr et Mrs Murray, laquelle Mrs Murray serait placée, par ses soins, plus tard auprès de Marilyn  en tant que gouvernante. Mais cela, c’est une autre histoire que j’aborderai ultérieurement non seulement dans la fiche identité de Mrs Murray, mais également dans la rubrique destinée à l’enquête sur le décés de notre belle.) 

Greenson était très actif dans sa profession, mêlant son activité de psychiatre à l’écriture d’articles dans des revues spécialisées ou animant des meetings. Il était également très estimé d’Anna Freud.

Mais…

Sa façon de faire avec Marilyn était assez particulière et fut très critiquée. Ses méthodes, déjà peu conventionnelles et  contreversées, allèrent très vite au delà de la simple relation médecin/patient. Greenson vit rapidement Marilyn de plus en plus souvent, acquit très vite une très importante ascendance sur elle, l’introduisit au sein de sa famille… Ils se voyaient jusqu’à plusieurs fois dans la semaine et s’ils ne se voyaient pas, Marilyn pouvait l’appeler de jour comme de nuit, à n’importe quelle heure.

Les 6 derniers mois de 1961, elle allait chez lui tous les jours à 16h et le reste du temps ils s’appelaient sans arrêt.

Alors quoi? Greenson était-il la drogue de Marilyn ou au contraire Marilyn était-elle la drogue de Greenson?

gr1.jpg

Une chose est sûre, elle était dépendante de lui au moins pour les barbituriques de toute sorte ; et il la « fournissait » de façon vertigineuse. Même si à l’époque la pratique était courante, Marilyn détient tous les records ou peu s’en faut.

Un autre élément indiscutable, si Marilyn était complètement sous la coupe de Greenson, elle commença tout de même à émerger de tout cela au début de l’année 62 et s’en ouvrait dans son proche entourage. Proche entourage duquel la coupait complètement et de plus en plus Greenson. Et ça, Marilyn, ça commençait à l’agacer. Et elle se rendait bien compte du rôle de Greenson dans tout ça.

La petite fille abandonée auprès de qui il jouait au père de substitution se serait-elle rebéllée?

Quoiqu’il en soit, en ce début 62 Marilyn reprenait sa vie en main : pour preuve, une semaine avant sa mort elle a même été jusqu’à virer Paula Strasberg qui était omniprésente dans sa vie et celle des plateaux (les techniciens qui ne pouvaient la souffrir tant elle se mêlait sans cesse de tout, la surnomaient « La Baronne noire) et qui jouait auprès d’elle un pseudo rôle de répétitrice. Et elle avait rendez vous le lundi 6 août chez son notaire pour modifier son testament (là encore, on peut penser qu’elle souhaitait que ce ne soit plus Lee Strasberg le principal bénéficiare). Elle renvoya donc illico presto Paula Strasberg dans ses pénattes à New York.

Elle tenait également à mener à bien le tournage de Something’s got to give (même si, manque de chance, elle fut vraiment malade plusieurs fois), et entendait bien faire ce qu’elle voulait sans plus se laisser manipuler par qui que ce soit ; l’épisode du mois de Mai lorsqu’elle partit sur la côte Est chanter pour l’anniversaire de JFK contre l’avis des studios en est une preuve indiscutable.

Elle s’acheta une maison, fut propriétaire pour la première fois de sa vie, s’envola pour le Mexique acheter des meubles, etc, etc.. Bref, elle était en pleine forme et fourmillait d’idées et de projets. De nombreuses personnes l’ont toujours attesté.

Bien sûr elle était toujours dépendante aux médicaments et avait besoin en cela de Greenson (tout autant que Engelberg d’ailleurs).

Mais Greenson sentait bien que sa patiente lui échapait. Surtout lorsqu’il a commencé à lui mettre en tête qu’il fallait qu’elle se sépare de Joe DiMaggio. Que n’a-t-il pas fait là ! Oui, ce fut une grossière erreur, car en ce temps là, au début des années 60, Marilyn revoit souvent Joe. Amicalement ou avec plus de ferveur, peu importe. Tout le monde sait qu’ils ne se sont jamais vraiment perdus de vue, que Joe est toujours fou amoureux de Marilyn comme au premier jour, et qu’auprès de lui Marilyn trouvera toujours une épaule forte, saine et sincère sur qui elle peut compter et se reposer. 

Alors que fit Greenson ?

Et surtout : que fit-il cette fameuse nuit du 4 au 5 août 62 ?

Car vous autant que moi savons très bien que son rôle ne s’est pas cantonné à casser la vitre de la fenêtre de la chambre de Marilyn et constater le décès.

Selon sa version à la police, version qu’il ne changera jamais, voici ce qui se serait passé le 4 août 62 :

- Greenson vint la voir chez elle à une ou peut-être deux reprises ; elle aurait été très nerveuse et très anxieuse

- Il serait reparti de chez elle à 19h

- Il aurait rappelé peu après, en début de soirée, pour s’assurer que tout allait bien ; il serait tombé sur Eunice Murray, la gouvernante qu’il avait pris soin de placer lui-même auprès de Marilyn, laquelle l’aurait rassuré en lui disant que tout allait bien et que Marilyn était couchée.

- La même Eunice Murray l’aurait appelé vers 3h ou 3h et dmeie du matin pour lui dire qu’elle s’inquiétait car elle venait de voir de la lumière sous la porte de la chambre de Marilyn mais celle-ci ne répond pas à ses appels.

- Greenson se serait alors précipité chez Marilyn, puis on connait la suite : la fenêtre brisée, le rideau poussé à l’aide du tisonnier, la découverte du corps étendu nu en travers du lit, etc.. Il aurait appelé à sa rescousse Engelberg qui aurait lui-même constaté le décès et appelé les secours vers 4h 40.

Jusqu’à son dernier souffle, Greenson ne changera jamais de version. Et n’en reparlera plus.

Après le drame, sincèrement abattu, il partit de L.A. plusieurs années. Lorsqu’il revint, il ouvrit un cabinet avec Engelberg mais prit peu de patients.

Selon les biographes, selon les enquêtes menées, selon les sources, on le sait, les versions de cette soirée diffèrent totalement.

Mais beaucoup s’accordent sur le fait que Marilyn a quitté le monde des vivants aux alentours de 22h ou 22h30.

Et certains pensent que sa mort est due à une épouvantable erreur de jugement de Greenson ; qu’il lui aurait administré une dose de barbituriques beaucoup trop forte et qui s’avérera mortelle du fait qu’elle en avait déjà ingéré une grande quantité auparavant.  Et qu’il l’ignorait. Et, voyant l’horreur de son geste, il aurait passé le reste de la soirée à camouffler son geste et effacer les traces menant à lui.

Si ce fut aussi « simple », si la mort de notre belle n’est due qu’à cela, alors c’est terrible. Et être à l’origine d’un tel acte est effroyable.

Mais Greenson a emporté son secret dans la tombe. Et tant d’autres éléments, tant d’autres interventions de tierces personnes restent en suspens…

On le sait bien aujourd’hui qu’il n’y avait pas que lui sur les lieux…

 

* Dr Margaret HOHENBERG / 1898 – 1992

Psychiatre d’origine hongroise, elle fit ses études à Budapest, Prague et vienne. Elle émigra aux Etats Unis en 1939.

mh2.jpg

Marilyn la consulta régulièrement et plusieurs fois par semaine de 55 à 57, à New York. D’abord sur les conseils de Milton Greene, qui était également un de ses patients, puis avec les encouragement s de Lee Strasberg. A cette époque à New York, Marilyn commençait ses cours à l’Actor’s Studio et le « maître » recommandait vivement à ses élèves d’entamer une psychanalyse afin d’assimiler totalement La Méthode. (il considérait même cela indispensable).

Marilyn cessa d’elle-même les séances chez Hohenberg en 57 ; au moment où elle rompait également ses liens professionnels et amicaux avec Milton Greene.

En revanche, et pour une raison inconnue, on retrouve la trace d’une facture du Dr Hohenberg pour des séances téléphonique avec Marilyn, de mai à juillet 62.

mh1.jpg

Et là encore, le mystère reste entier…

 

* Arthur P. JACOBS / 1922 – 1973

Arthur Jacobs était un producteur important à Hollywood et eut de grands succès dans les années 60 et 70 notamment avec La Planète des Singes (et ses suite) et Tom Sawyer.

Il était également agent et possédait des bureaux sur la côte Est et la côte Ouest.

Il s’occupa de Marilyn à partir de 1955, à New York, puis la fit assister d’attachés de presse comme Ruper Allan, et par la suite Patricia Newcomb.

Avec Marilyn, en décembre 55.apjdc55.jpg

 

On dit qu’il fut le premier à apprendre la mort de Marilyn. Anthony Summers commence d’ailleurs son  « Les vies secrètes de Marilyn Monroe » par cela ; il était à un concert au Hollywood Bowl avec sa future seconde épouse, Nathalie, lorsqu’on l’avertit d’un appel téléphonique. L’appel qui annonce la pire nouvelle qu’il pouvait entendre.

Et c’était bien avant minuit…

 

27 novembre, 2010

COVERS

Classé dans : Couvertures — marilynetlouisXIV @ 18:42

Quelques couvertures parmi tant d’autres…  Marilyn en a fait tellement tout au long de sa vie !

En passant la souris sur les photos vous avez les dates de parution des magazines (sauf 2 ou 3 que je n’ai pas retrouvées..!)

 

sept70photode54.jpg sept2008.jpg sept53.jpg oct81.jpg oct57.jpg

nov55.jpg mars76.jpg mars53.jpg marilynmonroeplayboymagazinecover.jpg

Celle-ci, datant de 1961, est naturellement un montage ! montage1961.jpg

mai1950.jpg magsudesept56.jpg juillet2008.jpg juillet57.jpg juillet56.jpg

juillet54.jpg janvier75.jpg janv63.jpg janv54.jpg horsserie1999.gif fev2006.jpg

fev48.jpg dec2005.jpg couv.jpg avril2008.jpg aout82.jpg

aout54.jpg annees50.jpg 30aout62.jpg 29mai56.jpg 29av54.jpg

26fev55.jpg 22mai82.jpg 22juin62.jpg 20avril59.jpg 19juillet92.jpg

17nov53.jpg 17aout62.jpg 14mai56.jpg 9sept52.jpg 8sept72.jpg

7avril52.jpg 7aout64.jpg 4dec57.jpg 1eroct60.jpg

14 octobre, 2010

Classé dans : Mentions Légales — marilynetlouisXIV @ 8:44

Le nom de Marilyn Monroe appartient à The Estate of Marilyn Monroe c/o CMG Worldwide Inc.  chargés des droits et usages de documents se rapportant à Marilyn Monroe ou aux ayant droits des photographes concernés.

Toutes les photos que je trouve sur le net ou provenant de livres et/ou revues  que je scanne et pose sur ce blog appartiennent donc aux photographes ou à leurs représentants, aussi leur utilisation est-elle réservée à une consultation strictement personnelle.

En aucun cas la responsabilité de ce blog, PASSION MARILYN M., ne peut être engagée pour tout autre motif qu’il soit commercial, publicitaire, industriel ou autre.

L.

13 octobre, 2010

KENNEDY : LE CLAN

Classé dans : Kennedy — marilynetlouisXIV @ 14:54

Quelques clichés :

bobfranck.jpg

 Bobby et Sinatra, vraissemblablement au début des années 60. Le plus célèbre des Italiens, un des plus talentueux crooner, qui se faisait une place au soleil entre le clan Kennedy et la Mafia, en l’espèce un certain Giancana de ses amis.  Une fourmillière secrète prête à exploser à tous moments comme une vulgaire bombe. Lorsque JFK n’eut plus besoin de lui, il le jeta comme une vieille chaussette, surtout lorsqu’il fut élu président et qu’il ne fut plus question que l’on puisse l’imaginer une seule seconde avec des « filles » et de mauvaises fréquentations…

jfk3.jpg

JFK et Peter Lawford en 61/62.  Ce dernier, acteur moyen, fournissait au président la marchandise (les filles) comme le gîte et le couvert (sa maison de Santa Monica, en bord de plage). Il avait également « fourni » Marilyn et servait de paravent à leur relation, même si l’on sait aujourd’hui que la 1ère rencontre entre Marilyn et JFK eut lieu plusieurs années avant. Il paraîtrait même, selon certaines sources, que lorsque Marilyn habitait NY avec Miller, il arrivait  qu’elle rejoignit incognito JFK dans une chambre d’hôtel.  Mais à prendre avec des pincettes car il y a toujorus une différence entre rumeur et vérité.

Et comme beaucoup de rumeurs ne pourront jamais être vérifiées…

 

* Le 19 mai 1962 était organisée, au célebre Madison Square Garden,  la soirée de gala en l’honneur de l’anniversaire du Président John F. KENNEDY, où fut invitée Marilyn.

msg63.jpg

annivjfk.jpg 

msg88.jpg

Le carton d’invitation :

annivjfkmerci.jpg

Marilyn  accepta également de chanter ce qui allait devenir le mémorable « Happy Birthday Mr Président » à JFK.

Cela lui valut, au mois d’avril, un petit courrier de la Maison Blanche la remerciant chaleureusement d’accepter de venir et de se produire sur scène :

oth5.jpg

Ce soir-là, dans les coulisses du M.S.G., en étole sur sa somptueuse robe. On dit qu’elle était si fine, véritablement comme une seconde peau, qu’il fallut la coudre directement sur elle…

24232635.jpg 24232628.jpg 22797361.jpg 22797244.jpg 22797233.jpg

22786011.jpg 22785942.jpg 22785857.jpg 22785740.jpg 22785673.jpg

22785551.jpg 22785448.jpg 22785400.jpg avec Pat Newcomb, à gauche

22785320.jpg 22785160.jpg 22785097.jpg 22785059.jpg 22785021.jpg

Sa robe et ses chaussures : chauss.jpg robe.jpg

Avec Pat Newcomb, puis, après le « show », avec Peter : savvydesigns200907104304345452original.jpg

savvydesigns2009071043759lalbum2611162203p08021617203743original.jpg savvydesigns2009071044708lalbum2611162203p08021617208863original.jpg thevegaslife20090707121919presidentkennedysbirthday196212original.jpg

Peter Lawford fit monter Marilyn sur scène, avec son fameux « the late Marilyn Monroe »  qui signifie  « la retardataire Marilyn Monroe » car il l’avait déjà appelée à plusieurs reprises sans qu’elle ne vienne (elle buvait du champagne dans sa loge en essayant de calmer son trac mais qui, en fait, la saoûla complètement !) mais qui peut également signifier « la regrettée.. »  lorsque l’on parle de quelqu’un qui est décédé…

22798440.jpg 22798451.jpg 22798489.jpg 22798671.jpg 41876596.jpg

22798528.jpg au premier rang, au milieu, le Président.

 

S’ensuivit une fête privée chez des amis, dans l’East Side, à New York,  Mr Arthur et Mme Mathilde Krimm, où se trouvèrent nombre de personnalités. Entre autre, sur les photos, on voit Marilyn discuter avec Maria Callas.

22782900.jpg

22783104.jpg 22783284.jpg 22783385.jpg 22783627.jpg

22783828.jpg 22783868.jpg 22783935.jpg 22784109.jpg

22784169.jpg 24232592.jpg

Il y avait toujours beaucoup de gardes du corps et autres protecteurs autour des Kennedy. Mais il y en avait aussi qui étaient chargés de veiller à ce que surtout aucune photo de soit prise d’eux avec Marilyn.

La seule, connue à ce jour, qui ait échapée à leur surveillance (à moins qu’un jour on en retrouve d’autres… qui sait?) :

jfk19mai1962.jpg  22782699p.jpg

 

Ce soir là également, Marilyn offrit son petit cadeau à JFK : une montre en or Rolex

et un poème. Lorsque son aide de camp, Kenneth O’Donnell donna au Président son présent,

celui-ci aurait déclaré « Débarrassez-vous en « .  A priori, chose que n’aurait pas fait Mr O’Donnell

puisque la montre a été vendue aux enchères en 2005 pour la modique somme de 125 000 $..

22798817.jpg cadeaudemarilynannivjfk.jpg  Au dos de la montre, Marilyn avait fait graver la date et  « Avec tout mon amour pour toujours »…

Elle lui aurait aussi fait une aquarelle, mais pour une raison inconnue, ne l’a pas offerte.aquarellemmpourjfknonofferte.jpg

 

 

 

5 octobre, 2010

Milton GREENE (1922-1985)

Classé dans : Photo. Milton Greene — marilynetlouisXIV @ 16:35

Impossible de faire un site ou un blog sur Marilyn en faisant l’impasse sur Milton Greene.

Milton Greene, omniprésent dans la vie de la belle de 53 à 57.

Milton Greene qui prit des centaines, des milliers de clichés d’elle sur les plateaux, en studio, au quotidien…

Leur première rencontre date de 49 ; Marilyn, accompagnant Johnny Hyde,  s’était rendue à Hollywood à une soirée chez Ruppert Allan, alors rédacteur en chef de Life Magasine. Milton comptait parmi les invités en tant photographe du journal.

Il ne prit pas de photos d’elle ce soir là.

Ils se revirent en 53, et cette fois il venait prendre des photos d’elle pour le magasine Look.

Et ils devinrent amis et ne se quittèrent plus jusqu’en 57. green5.jpg

Entre temps, Marilyn fut souvent reçue chez lui et son épouse, Amy, et Milton n’eut de cesse de toujours la photographier. Grâce à lui (ou sous son emprise, c’est selon…) Marilyn quitta les studios et s’émancipa en fondant avec lui les Marilyn Monroe Productions. De ce fait, elle allait enfin avoir la possibilité de choisir ses rôles, sortir du carquan de la blonde idiote, et recevoir des cachets en rapport avec son travail et sa notoriété.

Les MM Productions virent le jour le 7 janvier 1955. fur6.jpg

On leur doit « Bus Stop » et « Le Prince et la Danseuse ». Et toutes les photos avec.

Puis leurs rapports se dégradèrent petit à petit, notamment à cause de l’entourage de Marilyn qui n’aimait pas Milton, comme Lee Strasberg ou Arthur Miller.

Et de fil en aiguille, ils en vinrent à rompre leur collaboration et par là même les MM Productions, en avril 57.

Ils ne se revirent jamais.

Selon certaines sources, Marilyn l’aurait eu au téléphone, après des années de silence, en juillet 62. Ils devaient se revoir en août….

Restent une montagne de photos divines de Marilyn. En voici quelques unes (dur de choisir, elles sont toutes belles !) ; à visiter également, le site  « Archives Milton Greene »   sur lequel vous retrouverez des milliers de photos classées par thème. Attention cependant car il vous faudra montrer patte blanche et vous inscrire avant de consulter les photos… marquées du sigle de Milton.. Sinon, la simplicité même : « milton greene » dans Google et « images »….

 * La fameuse « Black Sitting », qui eut lieu en février 56 :

113.jpg

112.jpg 212.jpg 35.jpg 44.jpg 54.jpg

63.jpg 73.jpg 82.jpg 93.jpg 101.jpg

blak3.jpg blak8.jpg blk001.jpg blk003.jpg 

blk009.jpg blk021.jpg blk039.jpg blk041.jpg blk042.jpg

blk105.jpg blk106.jpg blk124.jpg blk130.jpg blk132.jpg

blk139.jpg blk158.jpg blk161.jpg blk162.jpg

* Diverses autres, couleurs ou noir et blanc, au fil des années :

110.jpg 33.jpg 43.jpg 

 m45.jpg

m47.jpg m52.jpg

green6.jpg green8.jpg green13.jpg

green2.jpg 114.jpg 210.jpg 39.jpg m41.jpg

m196.jpg m198.jpg m236.jpg m270.jpg marilynmonroep15.jpg 

marilynmonroep16.jpg marilynmonroep18.jpg marilynmonroep19.jpg marilynmonroep20.jpg marilynmonroep21.jpg

marilynmonroep22.jpg marilynmonroep23.jpg marilynmonroep25.jpg marilynmonroep26.jpg marilynmonroep27.jpg

marilynmonroesh33.jpg marilynmonroesh34.jpg

Encore d’autres, vers 1953-54 :

116.jpg 214.jpg 311.jpg 46.jpg 55.jpg

64.jpg 74.jpg 83.jpg 94.jpg 102.jpg

117.jpg 121.jpg 131.jpg 141.jpg 152.jpg

161.jpg

La cession  » Arizona «   (qui est la femme brune ? peut-être Amy Greene, mais je trouve qu’on ne la reconnais pas trop..)

120.jpg 216.jpg 313.jpg 410.jpg 510.jpg

67.jpg 77.jpg 86.jpg 95.jpg 105.jpg

119.jpg 125.jpg 134.jpg 145.jpg 154.jpg

164.jpg 173.jpg 183.jpg 193.jpg 203.jpg

215.jpg 224.jpg 234.jpg 244.jpg

 

D’autres, à diverses époques :

126.jpg 217.jpg 314.jpg

412.jpg 512.jpg

68.jpg 78.jpg 87.jpg 96.jpg 106.jpg

1110.jpg 135.jpg 146.jpg 155.jpg 165.jpg

184.jpg 174.jpg

194.jpg 204.jpg blk1.jpg blk2.jpg

boheme.jpg boheme2.jpg

Avec Brando, à l’époque de l’ Actor’s Studio br1.jpg

br2.jpg br3.jpg

A l’époque de Bus Stop : bs1.jpg bs2.jpg

bs3.jpg bs4.jpg

De la série de la piscine, chez Milton, dans le Connecticut :

chris2010062893454u4iolazndx4apzszsdp8goriginal.jpg chris2010062893115mhgmmsp35original.jpg chris2010062893557west28original.jpg

 

f1.jpg f2.jpg f3.jpg f4.jpg

horrorpopdarling2009061011083900original.jpg horrorpopdarling2009061011113400original.jpg

int1.jpg int2.jpg int3.jpg

Le prince et la Danseuse : prince.jpg

La belle, se préparant :

r1.jpg r3.jpg r2.jpg r4.jpg

 

 

30 septembre, 2010

Les années 53, 54 et 55

Classé dans : Années 1953-55 — marilynetlouisXIV @ 10:10

 L’année 1953 démarre le 1er janvier (oui, il y a des chances!) avec la soirée au Coconut Grove de l’Ambassador Hôtel, à LA, où Marilyn passe la soirée en compagnie, entre autre, de Joe DiMaggio et Donald O’Connor, son futur partenaire dans There’s no Business like show Business.

amb1.jpg conf.jpg amb2.jpg amb3.jpg amb4.jpg

amb5.jpg amb6.jpg ambassadorhotel.jpg

Le 21 de ce même mois de janvier, sortit le film Niagara qui eut un succès énorme. 6millions de $ de l’époque pour un coût de « seulement » 1,5 million de $…

Le 9 février, Marilyn reçut le prix Photoplay de « L’étoile qui est montée le plus vite dans le ciel d’Hollywood en 1952″ !

prix.jpg prix2.jpg prix3.jpg prix4.jpg prix5.jpg 

prix6.jpg  Elle se rendit à cette cérémonie sans DiMaggio (qui décidemment se refusait le plus souvent possible à toutes ces sorties mondaines) mais avec son grand ami journaliste Sidney Skolsky. Cet ami de longue date, et confident, lui fut toujours fidèle et dévoué et sortit de nombreuses fois avec elle.

Elle portait sa robe en lamé or, créée par Billy Travilla et, soit-disant, cousue sur elle, vue dans « Gentlemen Prefer Blondes ».

Evidemment elle fut critiquée, le landemain dans les journeaux et, notamment par Jean Crawford.

Et comme un prix ne vient jamais seul, le 24 février, Marilyn reçoit la récompense de « La meilleure jeune personnalité du Box Office de l’année 1952″ du magasine Red Book lors du  « Martin & Lewis Show », show télévisé de Dean Martin et Jerry Lewis.

lewis4.jpg lewis2.jpg lewis3.jpg lewis1.jpg lewis5.jpg

lewis7.jpg lewis6.jpg lewis8.jpg lewis9.jpg lewis10.jpg

 En Mars, elle poursuit ses cours avec Michael Tchekhov et se prépare pour le tournage de « How to marry a Millionnaire » qui démarre le 9. Ce fut le 1er film en cinémascope.

Natasha Lytess l’assiste toujours sur les plateaux, à la plus grande exaspération de tous et de DiMaggio en particulier qui ne peut la souffrir !

Fin Avril, s’achève le tournage de « How to marry a Millionnaire » how.jpg

Joe se fait rare et manque à Marilyn. Il fait de plus en pllus de voyages d’affaire et se montre rarement dans les soirées officielles de Marilyn. Il continue de souhaiter qu’elle quitte ce milieu dont il tant horreur. Que peut-elle faire? Tout plaquer au moment même où enfin elle acquièrt la reconnaissance du public et du métier? Il faut se remettre dans le contexte de l’époque : si de nos jours tout le monde connait la belle Marilyn, on ne parle d’elle qu’en de rares occasions comme la sortie d’une énième bio ou une expo dans laquelle elle apparaît. Mais à cette époque, pas une semaine ne passait sans que l’on parle d’elle dans les journeaux. Pas une semaine !

On peut donc comprendre aisément qu’il n’était pas question pour elle de tout envoyer valser alors que sa notoriété grandissait à vue d’oeil.

Du reste, le 20 mai, pour faire taire les mauvaises langues jalouses, Louella Parsons, journaliste et chroniqueuse au Herald Examiner, amie et alliée de Marilyn, invita la belle à son émission radiophonique « Parsons Radio Show » ; ce qui contribua encore à faire monter la cote de popularité de Marilyn..! louella1.jpg

Et à cette même époque de l’année, Marilyn posa devant l’objectif de Franck Powolny qui fit tous ces fameux tirages « Sexy-Glamour-Chic » qui firent le tour du monde entier et n’ont toujours pas arrêté de tourner aujourd’hui !

glam1.jpg glam2.jpg glam3.jpg glam4.jpg glam5.jpg

glam6.jpg glam7.jpg glam8.jpg glam9.jpg glam10.jpg

glam11.jpg glam12.jpg glam13.jpg glam14.jpg glam15.jpg

glam17.jpg glam18.jpg

Enfin, consécration suprême pour la belle le 26 juin : Marilyn met ses empruntes dans le ciment pour le plus grand bonheur de ses fans et… pour la postérité !

Cela eut lieu en compagnie de Jane Russel, sa partenaire à l’écran  dans « Gentlemen prefer Blondes », devant le Grauman’s chinese Theater. Joe DiMaggio rejoignit Marilyn plus tard dans la soirée, au restaurant Chasen’s.

Pour la petite histoire, cette tradition d’empruntes et de signature dans le ciment frais remonterait à Mary Pickford et Douglas Fairbanks qui les instaurèrent dans les années 20…!

ciment2.jpg ciment1.jpg ciment4.jpg ciment3.jpg ciment5.jpg

ciment6.jpg ciment7.jpg

Et Marilyn allait abandonner tout cela pour Joe DiMaggio? comment aurait-elle pu devenir une bonne petite maîtresse de maison bien sage et obéissante  après tout cela? Impossible.

Et contre toute attente, le 8 juillet, elle se remettre encore un prix. Cette fois par l’académie de joaillerie pour « La meilleure amie des diamants » (pour faire un clin d’oeil à sa chanson « Diamants are a girl’s best friend » dans « Gentlemen prefer Blondes »).

diam1.jpg diam2.jpg diam3.jpg diam4.jpg diam5.jpg

diam6.jpg diam7.jpg

Du reste, le fameux film sort le 15 juillet et c’est le succès hystérique général ! getlemen.jpg (voir la fiche du film)

Mais Marilyn ne prend pas le temps de savourer son bonheur et s’envole le 25 vers le Canada pour tourner les extérieurs de « River of no Return » (voir la fiche du film)jusque fin août, sous la directeur du difficile Otto Premminger. Elle emmène Natasha Lytess canada3.jpg (qui continue d’agacer tout le monde mais dont Marilyn ne peut se défaire) et Joe viendra la rejoindre les 2 dernières semaines de tournage (voir la fiche de Joe DiMaggio).

Le tournage fut tourmenté tant à cause du caractère dur et exigeant du cinéaste que des conditions de travail, notament lors des scènes dans les rapides qui étaient parfois réelles et donc dangereuses. Marilyn se foula d’ailleurs la cheville et resta un moment dans le plâtre.

canada1.jpg canada2.jpg canada4.jpg canada5.jpg

 

En septembre, lorsqu’elle revint à L.A. elle fit une apparition dans le Jack Benny Show benny.jpg

Elle tourna également aux studios les scènes d’intérieur de « River of no Return » (et en retrounera d’autres en décembre).

En octobre, son ami Sidney Skolsky organisa une interview chez elle, dans son 3 pièces à Doheny Drive, Beverly Hills, pour le magasine Modern Screen.

On l’y voit notamment à son piano, LE fameux piano blanc qui la suivra partout tout au long de sa vie, seul héritage de sa mère (aux dernières nouvelles, ce serait la chanteurse Maria Carrey qui l’aurait acquis aux enchères il y a quelques années…)

mc1.jpg mc2.jpg mc3.jpg mc4.jpg

mc5.jpg mc6.jpg mc7.jpg

Toujours en octobre, elle assista à un match de base-ball avec Joe à San Francisco match1.jpg match2.jpg

Le 4 novembre eut lieu la soirée de Première de How to marry a Millionnaire », au Fox Wilshire Theater.

prem1.jpg prem2.jpg prem3.jpg prem4.jpg Le film sortit sur les écrans quelques jours plus tard, le 10.

Marilyn passa ensuite la fin du mois à San Francisco avec Joe dans sa famille, pour la Thanksgiving.

Elle revint à L.A. pour retourner quelques scènes intérieures de « River of no Return » puis s’envola de nouveau vers San Francisco où elle passa les fêtes de fin d’année en compagnie de Joe et de sa famille.

Durant le mois de décembre, Marilyn exigea également, sur les conseils de Joe et par le biais de son agent, que la Fox augmente sa rémunération et qu’elle fasse moins de films, que ce ne soit pas du travail à la chaîne mais de qualité. Le président de la Fox, Spyros Skouras en discuta avec Darul Zanuck et présenta la requête au conseil d’administration qui siégeait à New York.

Evidemment, tout fut étouffé dans l’oeuf comme on le verra l’année suivante.

 

L’année 1954 fut encore une année riche en évennements pour notre belle Marilyn !

Tout d’abord, elle se marie le 14 janvier avec le champion de base ball Joe Di Maggio, légende de son vivant, à la mairie de San Francisco (voir fiche Joe Di Maggio) . La cérémonie dura 3 mn, le mariage tiendra 9 mois..

140154.jpg

Le 1er février, ils s’envolèrent vers Tokyo (via Honolulu),  où Joe voulait accompagner son ami Franck O’Doul à un stage d’entrainement de base ball ; cela avait été prévu avant le mariage et Joe et Marilyn virent là également de faire un beau voyage de noces.

dim25.jpg dim84.jpg 220pxjoedimaggiomarilynmonroeandtstsuzoinumaru.jpg dim100.jpg dim181.jpg

Ils arrivèrent au Japon le 2 février et furent acclamés et traîtés comme des rois, la joie des japonnais frôlant l’hystérie et permettant au passage à Joe de voir que sa femme était plus célébre (et célébrée !) que lui..! Beaucoup de visites de toute sorte furent organisées en leur honneur, beaucoup de cadeaux également, dont un collier en perles naturelles offert à Marilyn de l’Empereur du Japon lui-même !

collier.jpg

 Puis Marilyn fut invitée à aller visiter les troupes américaines basées en Corée. Elle accepta avec grand plaisir et s’y rendit, sans Joe qui resta au Japon avec son ami, le 9 février. Elle y resta 2 jours et chanta devant les GI’s (pour son plus grand bonheur et le leur !) et visita les soldats blessés à l’hopital.

126.jpg 220.jpg 316.jpg 414.jpg

510.jpg inj5.jpg 127.jpg 221.jpg 317.jpg

415.jpg 511.jpg 610.jpg 79.jpg 69.jpg 

Grisée, heureuse, elle retrouna au Japon auprès de Joe et ils rentrèrent le 23 février.

Ces deux jours auprès des GI’s la marquèrent à vie, aussi bien au niveau de l’expérience que ce fut d’aller « sur le terrain » auprès des soldats que de l’accueil que ceux-ci lui firent et de leur gentillesse.

 

Retour chez elle et retour à la vie qui court, court, court…

Le 8 mars, elle reçoit le prix de « La meilleure actrice dans Gentlemen prefer Blondes » et « How to marry a Millionaire » par le magasine Photoplay.

Elle se rendit à la cérémonie au bras de son ami Sidney Skolsky, Joe refusant d’assister à ce genre de choses…

 pplay18.jpg pplay6.jpg pplay3.jpg

Le 30 avril, ce fut la sortie de « River of no Return », tourné en 53 et dont elle partage l’affiche avec Robert Mitchum ronr42.jpg

En juin, Joe et Marilyn louèrent une maison à Beverly Hills, au calme et loin de l’agitation des studios (bien que Joe préfèra San fransico à Los Angeles) :

318.jpg 222.jpg 128.jpg

Joe ne décolérait pas à propos de la vie de sa femme, des studios d’Hollywood qu’il execrait, et voulait une épouse au foyer et non une poupée blonde que totu le monde adulait mais qui se faisait spolier par ses employeurs, les fameux studios. Ce que l’un et l’autre attendait de leur vie à deux n’avait rien en commun, Joe étant très jaloux de tout ce qui approchait sa femme et par ailleurs aimait les soirées calmes à la maison ou entre amis, et Marilyn préférant la vie trépidante et les grandes soirées que lui apportait son statut de « star ».

D’où de fréquentes et nombreuses disputes au sein du couple. Joe n’en démordait pas de sa haine du milieu du cinéma et Marilyn ne comptait pas arrêter là sa carrière d’actrice.

En août elle démarra le tournage de « There’s no business like show Business », dont le tournage était initialement prévu fin mai mais avait été repoussé entre autre parce que Marilyn avait attrapé une mauvaise bronchite.

Là encore, les quelques fois où Joe vint voir Marilyn sur les plateaux, il lui fit de terribles scènes sur sa façon de gesticuler affublées de tenues plus aguicahntes les unes que les autres. Marilyn avait beau expliquer que ce n’était que son travail d’actrice et chanteuse et des tenues de scènes, rien n’y faisait.

Elle est pourtant si belle dans ce film…m43.jpg

Cet été là marqua également son engagement ferme à la Fox avec augmentation de salaire. Son contrat de 7 ans allait jusqu’en 1959. Et son augmentation n’empecha pas les studios de continuer à bien se servir sur son dos et la belle continua quand même à percevoir un salaire dérisoire compte tenu de tout ce qu’elle rapportait à chaque film…

Elle enchaîna avec le début du tournage de « The Seven Year Itch » (voir la fiche s’y rapportant)  et s’envola à New York le 8 septembre pour tourner les scènes extérieures.

syi16.jpg

Joe l’y rejoignit le 11 septembre.

Et assista, le 15, à la fameuse scène de la bouche de métro, où s’envole la jupe de Marilyn.

Et en resta bouche bée.

Enfin, pas pour longtemps car après la stupéfaction de voir de quelle façon on osait montrer ainsi sa femme, il rentra dans une rage incroyable, à la fois contre Marilyn, le cinéma en général, les studios en particulier, le réalisateur… bref, tout le monde. Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase.  C’en était de trp pour Joe. Même s’il aimait énormément Marilyn (bien qu’il ne lui montra pas toujours comme il convenait), il ne supportait pas la façon dont elle était mise en « pâture ».

Et là, ce fut la fois de trop et à nouveau de nombreuses disputes s’ensuivirent.

Ainsi, le 6 octobre, Marilyn annonca son divorce d’avec Joe lors d’une conférence de presse.

Novembre marqua encore un autre tournant dans la vie de Marilyn ; marquée par son divorce, elle en a également assez de la Fox et des rôles qu’on lui fait jourer. sans parler de l’aspect financier.

Elle se tourne de plus en plus vers Milton Greene (voir sa fiche) avec qui elle pense à une collaboration bien supérieure que celle qu’elle entretient actuellement, à savoir le photographe et son modèle.

En Décembre, sortit le film « There’s no business like show business » .

Puis Marilyn partit à New York avec Milton, et passa Noël chez lui avec sa famille.

 

Dés Janvier 1955,  Marilyn et Milton Greene annoncent officièlement leur union dans la création des Marilyn Monroe Productions qui permettront enfin à Marilyn de gagner son indépendance et d’avoir un droit de regard sur ses films et ses rôles.

conf.jpg

Stupeur à la Fox. De mémoire de studios on n’avait jamais vu ça. Cela ne s’était jamais vu. Personne n’avait jusqu’à présent oser affronter de la sorte la totue puissance des studios d’Hollyxood. Et Marilyn s’y frottait pourtant. A grands renfort d’avocats, courriers et appels téléphoniques.

La Fox riposta également à grands renfort d’avocat et de conférences de presse où elle signalait que Marilyn était toujorus sous contrat avec eux et pendant encore 4 années.

Le bras de fer commençait.

Toujours en janvier, Marilyn fit un bref aller et retour à los Angeles pour finir, pendant plusieurs jours,  les dernières scènes en studio de « The Seven Year Itch ».

La Fox en profita pour lui remettre le grapin dessus et la convoqua le landemain de ses dernières prises pour les essayages costumes de son film suivant « How to be very, very popular ». Marilyn s’y refusa catégoriquement et repartit immédiatement à New York.

La Fox la suspendit.

A New York, Marilyn s’organisa sa petite vie. Toujours avec Milton et les avocats qui travaillaient non seulement à la création des MM Productions mais égalmement au problème de la rupture de son contrat avec la Fox, elle revit cependant plusieurs fois Joe, ne pouvant se résoudre à ne plus être en contact avec lui, et le 4 février, fit ses premiers pas à l’Actors Studio, présentée à Monsieur Lee Strasberg en personne par Elia Kazan.

 L’Actor’s Studio a été fondé par Lee Strasberg et sa femme Paula (qui passa le reste de son temps à « coacher » plus ou moins bien Marilyn sur les tournages, au grand désespoir de la plupart des réalisateurs qu’elle irritait par sa présence et  son ascendance sur Marilyn) ; la méthode du « maître » consistait essentiellement à faire un profond travail d’introspection, de recherche de ses propres émotions, pour mieux appréhender le rôle. Travail dangereux car il pouvait faire resurgir les vieux démons que chacun a en soi. Et beaucoup trop intense pour quelqu’un de fragile comme Marilyn. Elle fut pourtant facilement entraînée dans cette spirale et ne jura plus que par le couple Strasberg.

Comme par la suite cela se produirait avec son psychanaliste, le Dr Greenson…  mais ça, c’est une autre histoire…

Photos des années 55, voire 56 + des photos récentes du studio qui existe encore aujourd’hui. :

m303.jpg m304.jpg m305.jpg m306.jpg studio11.jpg studio12.jpg

1955.jpg Lee Strasberg, au premier plan à l’extrême droite

strasberg52.jpg Paula Strasberg au milieu, avec les lunettes

strasberg257.jpg Avec Susan Strasberg, la fille.

studio1.jpg 5515409.jpg studio2.jpg  studio3.jpg

studio7.jpg studio4.jpg studio9.jpg studio10.jpg studio8.jpg

studio6.jpg le studio aujourd’hui

A la même époque, Milton conseilla à Marilyn de consulter la psychiatre Margaret Hohenberg, à New York. Ce que fit Marilyn, au moins 3 fois par semaine.

Le 17 mars, la soirée du Friars Club, à New York, en compagnie de Milton Greene :

  218.jpg Arrivée avec Milton

314.jpg 410.jpg 57.jpg 101.jpg 1110.jpg

64.jpg 73.jpg 83.jpg 92.jpg

 

Le 8 avril, elle accepta de participer à l’émission « Personn to Personn » de la chaîne CBS. Le tournage eut lieu dans la maison des Greene à Weston, dans le connecticut :

m114.jpg avec Amy, l’épouse de Milton Greene

 m29.jpg m39.jpg m48.jpg m58.jpgm102.jpg

m66.jpg m75.jpg m83.jpg m92.jpg 

Au cours de l’année 55 à New York, Marilyn fera énormément de rencontres. Entre autres, Hedda et Norman Rosten, par l’intermédiaire de Lee Strasberg et au cours d’un dîner qu’il donna chez lui. Norman Rosten, poète et écrivain fut touché par la simplicité et le naturel de Marilyn et lui et sa femme devinrent très vite amis avec la belle. Jusqu’à la fin.

Plongée dans le milieu intellectuel new yorkais, Marilyn découvrait un nouveau monde et qui n’avait rien à voir avec l’aspect superficiel du système Hollywoodien qu’elle fuyait. Plus tard Hedda Rosten devint sa secrétaire particulière durant quelques temps ; quant à Norman, ils eurent souvent de longs échanges au sujet de la poésie et il fut l’un des rares à lire les écrits de Marilyn.

Toujours durant cette période, elle revit le célèbre dramaturge Arthur Miller.

Selon les biographes, on pense qu’ils se connurent dés l’année 51 puis se perdirent de vue mais cela reste assez flou.

Quoiqu’il en soit, c’est en 55 à New York qu’ils se revirent et ne se quittèrent quasiment plus. Miller était encore marié à Mary mais celle-ci apprit, dans le courant del’année, sa liaison et le mit à la porte du foyer familial.

De son côté,  Marilyn ne quittait plus l’Actors Studio, la famille Strasberg, les Milton…et sa psychiatre, le Dr Hohenberg, recommandée par les bons soins des Strasberg.

Et il y avait Joe. Oui, Marilyn avait beau avoir divorcé de lui, elle continuait à le voir de temps en temps, à l’accompagner à quelque soirée, comme le 1er juin où on les vit tous les deux à la soirée de Première de « The Seven Year Itch » (voir fiche du film).dim137.jpg

Film qui fut d’ailleurs le plus grand succès de l’été et généra pas moins de 15 millions de $ de recette. Bien évidemment Marilyn pouvait toujours attendre ses 100 000 $ et ne reçut que son cachet hebdomadaire.

Si les Marilyn Monroe Productions avaient pris leur envol, pour le moment on était encore au temps des vaches maigres. L’agence d’Arthur Jacob s’occupait de la publicité de l’entreprise et Ruppert Allan de la publicité personnelle de Marilyn. Son binôme sur la côte ouest, à L.A. n’était autre que Pat Newcomb.

Mais Milton Greene était toujours son associé et décida de négocier avec la Fox pour Marilyn, et avec ses avocats. Il avait déjà hypothéqué sa maison du Connecticut pour parer au plus pressé au niveau des dépenses qu’engendrait les MM Productions, il tenait également à ce que Marilyn put continuer à tourner aux studios en plus de sa société de production.

Le but était donc de faire récupérer ses salaires à Marilyn en attendant des jours meilleurs pour les MM Productions.

Toute cette année 1955 fut donc une année charnière pour Marilyn. Entre ses nouvelles rencontres (et dépendances) et sa société de production, Marilyn était en train de se façonner une nouvelle vie, une nouvelle personnalité.

Si elle était toujours attachée à Joe et sous son influence, elle tomba vraiment amoureuse d’Arthur Miller au fil des mois. Elle voyait en lui l’intellectuel protecteur qui pourrait la comprendre et la révéler. Elle était flattée par ailleurs qu’il s’intérresse à elle et la respecte à sa juste valeur.

A New York Marilyn sortait beaucoup au théâtre, à Brodway, rencontrait des intellectuels, lisait, écrivait, allait aux expos en vue, à des récitals, à des soirées caritatives…. bref, rien à voir avec les activités de la côte ouest.

De plus, toujours dans son éternelle courses à la reconnaissance, elle voyait également dans les Strasberg la possibilité de se hisser vers de véritables rôles de composition. Même si « la méthode » de l’Actors Studio la faisait énormément souffrir avec son douloureux travail d’introspection (raison principale de l’arrivée de la psy dans sa vie).

Au fil de l’année, elle se détachera petit à petit des Greene et leur influence pour se réfugier dans le giron des Strasberg dont elle pense alors qu’il en peut être que bénéfique (voire salutaire) pour elle.

Pourtant, Milton continuera de se battre bec et ongles avec ses avocats contre les studios et pour Marilyn. Et cela portera ses fruits puisqu’en fin d’année, la Fox capitule. Ainsi le nouveau contrat que Marilyn signera le dernier jour de décembre 1955 portera sur une prime de 100 000 $ pour « The Seven year Itch », un engagement de la part de Marilyn à faire 4 films pour la Fox dans les 7 prochaines années et pour lesquels elle aura le droit de choisir les réalisateurs et partenaires, le droit de refuser de tourner un film pour la Fox si le scénario ne lui convient pas, une prime de 100 000 $ par film, le droit de faire 1 film par an avec les MM Productions, un pourcentage sur les bénéfices, le droit de faire 6 émissions TV et radios, le droit de faire des disques, un salaire annuel de 100 000 $ pour elle et 75 000 $ pour Milton.

Milton avait frappé fort et obtenu gain de cause. Chapeau bas, surtout pour l’époque. Du jamais vu au niveau de la rebellion d’une actrice vis à vis des studios qui l’avaient engagée.

Pour fêter cela, Marilyn passa le Nouvel An avec les Greene, chez eux dans le Connecticut.

20 septembre, 2010

Divers documents…

Classé dans : DIVERS documents — marilynetlouisXIV @ 17:04

… ayant appartenus à Marilyn ou la touchant de près. Je le complèterai régulièrement.

 

Son premier contrat à la Fox le 10 février 1947 (signé le 21) :

1ercontratfox.jpg

 Son badge d’entrée à la Fox, datant de 46 :

badgeentrefox1946.jpg

 Sa carte d’identité :

cartedidentit.jpg

 Un courrier de la Fox parlant des salaires et des congés :

courrierfoxsursalairescongs.jpg

Différents permis de conduire :

permisdeconduire.jpg permisdeconduire2.jpg permisdeconduire3.jpg

Attention : concernant ces permis, il pourrait s’agir de faux, créés par des fans. Les photos sont de Niagara, pose de De Diennes ou pose de Greene et il circule beaucoup de faux de ce genre sur le net depuis une dizaine d’années. Donc, à prendre avec des pincettes, ce ne serait pas les vrais comme sa carte d’identité un peu plus haut !!!!

 

Une note de sa main : 

pp1.jpg

Lorsqu’elle passa au studio de Tom Kelley pour les fameuses photos du calendrier :

pp2.jpg

En décembre 46, quand Melle N.J. Baker devint officiellement Melle Marilyn Monroe, par pseudonyme :

pseudodc1946.jpg

La retranscription en français de son testament :

testamentjanv61a.jpg testamentjanv61b.jpg

Un chèque de sa main :

pp7.jpg

 

 

 

André DE DIENNES (1913-1985)

Classé dans : Photo. André de Diennes — marilynetlouisXIV @ 16:15

André de Diennes fit de nombreuses et très belles photos de Marilyn, à partir de novembre 1945 (par le biais de la Blue Book Agency dont faisait partie Marilyn) et pendant plusieurs années, jusqu’au début des années 50.

1.jpg

2.jpg 3.jpg

 On découvre   » l’avant-Marilyn », c’est-à-dire une jeune fille pleine de vie, qui respire le bonheur et la santé, qui découvre le plaisir de poser pour un photographe, qui va faire faire de plus en plus de couverture de magazines, qui va, à la demande d’un certain Johnny Hyde, se décolorer les cheveux, se faire retoucher menton, dents, et nez, et qui va laisser Marilyn Monroe prendre la place de Norma Jean..

André de Diennes passera plusieurs semaines, à ses côtés, en voyage à travers différents états de l’Ouest ; concernant la magnifique série de la plage, en blonde, les photos ont été prises sur la Tobey Beach à Long Island (état de New Yrok) et étaient prévues au départ pour la promo de Love Happy.

André reverra Marilyn plusieurs fois dans les années 50.

* Les débuts, en brune :

47.jpg 46.jpg

45.jpg 44.jpg 43.jpg 42.jpg

41.jpg 39.jpg 38.jpg  37.jpg

40.jpg

34.jpg 33.jpg 32.jpg 31.jpg

30.jpg 29.jpg 28.jpg 27.jpg

91.jpg 90.jpg 89.jpg

75.jpg 74.jpg 73.jpg 72.jpg 71.jpg

70.jpg 69.jpg 68.jpg 67.jpg 66.jpg

64.jpg 65.jpg

56.jpg 55.jpg 54.jpg 53.jpg

52.jpg

108.jpg 107.jpg 106.jpg

105.jpg 104.jpg 103.jpg

 

* la fameuse série de la plage, pour Love Happy :

 100.jpg 99.jpg 98.jpg 97.jpg 96.jpg

95.jpg 94.jpg 93.jpg 92.jpg

102.jpg 101.jpg

150.jpg 149.jpg 147.jpg 146.jpg

144.jpg 145.jpg 155.jpg 154.jpg 156.jpg

157.jpg 153.jpg 152.jpg 151.jpg

lalbum2611162708p04101754384097.jpg 142.jpg 141.jpg 

140.jpg 139.jpg 138.jpg 137.jpg 

136.jpg 135.jpg 134.jpg 133.jpg

132.jpg 131.jpg 130.jpg 127.jpg 122.jpg

129.jpg 128.jpg 125.jpg 123.jpg

124.jpg 126.jpg 121.jpg 116.jpg 117.jpg

118.jpg 119.jpg 120.jpg 115.jpg 114.jpg

113.jpg 112.jpg 111.jpg 110.jpg 109.jpg

148.jpg 158.jpg

 167.jpg 166.jpg 165.jpg 164.jpg

163.jpg 162.jpg 161.jpg 160.jpg 159.jpg

 

* Durant les toutes premières années 50 :

48.jpg 49.jpg 50.jpg 51.jpg

 36.jpg 35.jpg 169.jpg 168.jpg dd6.jpg

26.jpg 25.jpg 24.jpg 

23.jpg 22.jpg 21.jpg 20.jpg 19.jpg

18.jpg 17.jpg 16.jpg

15.jpg 14.jpg 13.jpg 12.jpg

11.jpg 10.jpg 9.jpg 8.jpg 7.jpg

6.jpg 5.jpg 4.jpg dd7.jpg add.jpg

63.jpg 61.jpg 60.jpg

 62.jpg 59.jpg 58.jpg 57.jpg

176.jpg 175.jpg 174.jpg 173.jpg

172.jpg 171.jpg 170.jpg

* Celles-ci sont connues, mais tout le monde ne sait pas qu’elles sont de De Diennes :

dd2.jpg dd1.jpg dd5.jpg dd4.jpg

dd3.jpg

*Un soir où elle l’avait appelé, cafardeuse :

88.jpg 87.jpg 86.jpg 85.jpg 84.jpg

83.jpg 82.jpg 81.jpg 80.jpg 79.jpg

78.jpg 77.jpg 76.jpg

* En 52, dans les studios de la fox :

coif41952.jpg coif51952.jpg coif61952.jpg coif21952.jpg 

coif31952.jpg coif1952.jpg

12345
 

CABINE OF THE DEAD |
film streaming |
inderalfr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manga-zone
| les HIERARCHIES divines
| Pivotfj