PASSION MARILYN M.

Bienvenue sur mon blog dédié à l’éternelle Marilyn

  • Accueil
  • > Recherche : hotel marilyn

5 mars, 2012

Pour la petite histoire…

Classé dans : NEWS DIVERSES — marilynetlouisXIV @ 10:17

re-bonjour à toutes et à tous !

Je vous avais informés que l’affiche du Festival de Cannes de cette année rendait hommage à notre belle :   Pour la petite histoire... dans NEWS DIVERSES untitled11-150x86   qui vient de cette photo : birthday-137x150 dans NEWS DIVERSES

mais honnêtement, même si je connais très bien ce cliché, je ne sais plus d’où il provient exactement !

Alors pour la petite histoire, sachez que cette photo, amusante, date du 2 juin 1956.

En effet, Marilyn revenait à NY après avoir fait un saut à LA pour la soirée de la veille. Le vendredi 1er juin, une soirée avait lieu au Beverly Hills Hôtel, organisée par Joshua Logan pour la venue du président indonésien Soekarno. Celui-ci était venu visiter les studios et avait fait un discours à la Motion Pictures Producers.

Et donc le soir, grand gala dont Marilyn était l’une des invitées.ms1-111x150

Lorsque le lendemain, le samedi 2 juin, elle rentre à NY, une horde de fans et de journalistes l’attendent bien évidemment à l’aéroport, et au moment où elle monte dans sa voiture, on lui offre un gâteau d’anniversaire avec une bougie !

Mignon comme tout !

Voici un lien où vous pouvez voir cette vidéo ; la qualité de l’image n’est pas fantastique mais cela permet de voir le contexte :

http://www.youtube.com/watch?v=j7tvNKLQMjs

Et maintenant on en sait un peu plus sur cette photo !

A bientôt !

L.

20 novembre, 2011

Histoire de robe !

Classé dans : Non classé — marilynetlouisXIV @ 18:22

Bonjour à toutes et à tous !

Voici, ci-dessous, une petit article sympathique sur l’histoire de la fameuse robe en lamé or de notre belle, un des chef d’oeuvre de Mr Billy Travilla, comme chacun sait, est une des tenues qui immortalisa notre blonde préférée..

Sur le blog  « soyons suave « .

Alors bonne lecture à vous et… soyez suaves !

à bientôt,

L.

 

Les très suaves heures de l’histoire contemporaine : le jour où Marilyn mit une robe lamée.

 

Histoire de robe ! Mmlame 

Le 9 mars 1953, afin de recevoir le prix de « La nouvelle star de l’année » que venait de lui décerner le magazine Photoplay, Marilyn Monroe se rendit au Beverly Hills Hotel moulée dans une robe plissée lamée prétendument cousue sur elle puisqu’elle ne possédait ni bouton ou fermeture éclair. La légende prétant que Marilyn ne put enfiler la chose qu’après des heures d’irrigation colonique mais cette rumeur n’est pas assez suave pour que nous la colportions ici.

L’histoire est en tout cas célèbre : cette robe, largement ouverte dans le dos et à l’origine décolletée jusqu’au nombril mais là quelque peu relevée, fit le lendemain la une de toute la presse et déclencha la fureur de Joan Crawford, qui entama une croisade très médiatique contre Marilyn et la déchéance morale qui, de toute évidence, guettait Hollywood. Marilyn fut, déclara-t-elle, meurtrie par une telle attitude, d’autant qu’elle estimait Joan, si gentille avec elle au début de sa carrière…

MMlame19532
MMlame19533

 

Marilyn accéda ce jour là à une notoriété qui ne s’arrêtera jamais et la robe contribua à faire de la « vedette de l’année » une icone, une robe dont elle est désormais totalement indissociable : c’est d’ailleurs la tenue la plus vendue de la Barbie Marilyn, juste devant la robe blanche de « 7 ans de réflexion ». Une robe donc, que Marilyn faillit pourtant ne pas porter. Une robe qui a une histoire, que nous allons à présent vous raconter.

Tout commence en 1951 dans les studios de la Fox où le jeune chef costumier, William Travilla, transpire sur le prochain film de Ginger Rogers, « Dreamboat ». Travilla, auréolé d’un oscar pour son travail chez Warner sur « Les aventures de Don Juan » avec Errol Flynn était entré à la Fox en 49. Et il était encore sous le charme de sa récente rencontre avec une jeune starlette du studio, une certaine Marilyn Monroe qu’il habillera dans 8 films mais il l’ignore encore.

MMlamedreamboat

MMlamegingerdreamboat

Travilla était en tout cas assez fier de la robe lamée qu’il venait de créer pour Ginger, une robe à fines bretelles, plissée et agrémentée d’un pan en biais, qu’on jugera d’ailleurs si spectaculaire qu’elle figurera sur l’affiche. Devenus amis et peut-être un temps amants, Marilyn demandera à Travilla de lui créer une robe similaire si d’aventure ils étaient amenés à travailler ensemble ce qui ne tardera pas : ils sont tous les deux au générique de « Troublez-moi ce soir » et « Chérie je me sens rajeunir », ne serait-ce qu’en 1952.

Mais dans ces deux productions, Marilyn n’a pas de rôle lui permettant le glamour du lamé, ce qui change lorsqu’ils signent pour « Les hommes préfèrent les blondes », qui s’annonce comme un festival de fourreaux pailletés, de tailleurs doublés de vison et de robes du soir spectaculaires. Le lamé peut faire son retour et c’est d’ailleurs le même modèle dessiné un an auparavant pour Ginger que Travilla propose d’abord, au milieu des dizaines de croquis soumis à la production, avant de le modifier pour le rendre original.

Mmlame5

MMlame1

Considérant Marilyn comme la muse qu’il cherchait désespérément, Travilla va créer des modèles sublimant son corps sculptural, repoussant parfois de beaucoup les limites imposées par la censure qui va cependant exiger de larges retouches en raison d’un calendrier, pour lequel Marilyn a posé nue alors qu’elle n’était encore qu’une inconnue et dont les clichés viennent mystérieusement de ressortir.

MMlamecalendrier

Dans un élan de panique, la Fox demande à Travilla de revoir tous les costumes de Marilyn et c’est ainsi, par exemple, que le modèle, crée pour le numéro « Diamonds are a girl’s best friend », à l’origine très suggestif et pratiquement transparent, sera remplacé en catastrophe par un fourreau rose qu’il n’est plus nécessaire de présenter.

MMlameoriginal

MMlamepink

Quant à la fameuse robe lamée fortement échancrée, elle ne sera utilisée que lors d’une brève séquence, filmée de dos, c’est du moins ce qui survécut au montage quand les photos de tournages nous la présente dans un angle bien plus révélateur. C’était pourtant un fort beau modèle, prêt désormais à regagner les archives costumes de la Fox, un modèle destiné donc à disparaître.

MMlamecapture

MMlame6

Mais en 1953, alors que le tournage des « Hommes préfèrent les blondes » est en train de s’achever, Marilyn, qui commence à collectionner les prix comme « l’actrice la plus populaire de l’Arkansas » ou « La meilleure amie des diamants » par l’Association des Bijoutiers Californiens doit recevoir celui décerné par le Club de la Presse de Los Angeles.

Alors qu’une cérémonie a lieu en ville, les photos de presse sont réalisées dans les studios de la Fox et pour l’occasion Marilyn fait ressortir la fameuse robe défendue afin d’accueillir le très redouté échotier Walter Winchell qui, face à elle, ne semble pas terrifiant. Et si vous vous demandez pourquoi il tripote des boules de billards, il s’agit en fait du prix de l’actrice la plus appréciée.

MMlamewalterwinchell

Visiblement toujours amoureuse de la robe, lorsqu’un mois plus tard Marilyn doit se rendre au Beverly Hills Hotel pour la soirée Photoplay, c’est sur elle que son choix se porte mais cette fois-ci, Travilla refuse de la lui prêter. Jugeant qu’il s’agit d’un costume de film n’ayant rien à voir dans la vraie vie, il tente de la convaincre de porter quelque chose de plus sobre. C’est auprès de Zanuck lui-même, patron de la Fox, ravi par le premier montage des « Hommes préfèrent les blondes » que Marilyn insiste et elle obtient ce qu’elle veut, faisant juste remonter le décolleté du nombril à la naissance des seins.

De toutes les façons il est trop tard pour arrêter l’ascension du lamé. Devant la couverture de presse reçue par Marilyn et sa robe, une séance photo est demandée afin d’accompagner la sortie du film. Marilyn est partout et sa robe aussi.

MMlamepress2
MMlamepresse3
Mmlamepress

Bientôt les tournages reprennent et Marilyn et Travilla vont continuer de travailler ensemble. Leur amitié durera jusqu’à la mort de l’actrice pour laquelle il dessinera les costumes les plus marquants, de « La rivière sans retour » à « Bus-stop » jusqu’à bien sûr, cette petite chose blanche qui se vendit plus de 4,5 millions de dollars il y a quelques mois à Los Angeles lors de la vente Debbie Reynolds.

MMlamemarilyn-and-travilla
Mmlameseven

Qu’advint-il de la robe ? Pour sa part, elle ne finit pas sa carrière immédiatement puisqu’on l’aperçut régulièrement portée par d’autres vedettes maison, agrandie ou rétrécie selon l’actrice mais toujours lamé et toujours plissée, sauf peut-être sur Jayne Mansfield pour cause de manque d’élasticité du tissu.

MMlamejayne4
MMlamebetty
MMlameJeanneCrain 

Et Hollywood sachant recycler mieux que personne, même le costume prévu initialement pour « Diamonds are a girl’s best friend » fut modifié et porté par Sheree North, rivale de Marilyn à la Fox dans « La blonde fantôme » en 55, projet refusé par Marilyn.

MMlameBillyTravillaSherriNorth
 

La robe lamée prit enfin une retraite paisible dans les années 70 entre les mains d’un collectionneur. Celle qui circule dans les expositions n’est en fait qu’une copie, réalisée tout de même par Travilla. Celui-ci consacra 10 ans de sa vie à promener ses créations pour Marilyn à travers la planète, jusqu’à ce qu’on le sauve de la retraite en lui confiant la garde-robe des femmes de « Dallas » et les soutanes des « Oiseaux se cachent pour mourir ».

En 1979, le couturier britannique Anthony Price, l’homme derrière le look parfait de Bryan Ferry et Roxy Music haussa les sourcils lorsqu’on lui demanda si sa dernière création couture était un hommage à la fameuse robe lamée de Marilyn. Et il balaya la comparaison en précisant que celle de l’actrice était or alors que la sienne brillait d’un bronze éclatant.



 

C’est vrai, cela n’a rien à voir… Étrangement, personne n’osa le rapprochement lorsque Michelle Obama présenta un modèle pourtant plissé, pourtant lamé, pourtant or à la présentation de la ville de Chicago pour les Jeux d’Hiver 2016. C’était pourtant bien tenté. Désolés Michelle. La prochaine fois peut-être ?

 

MMlamemicheleobama

 

Une robe, ce n’est jamais qu’un peu de tissu et un peu de fil. Belle carrière quand même pour si peu de choses… mais si jolies et si bien portées.

30 septembre, 2011

Marilyn et le téléphone

Classé dans : MARILYN et le téléphone — marilynetlouisXIV @ 17:26

Marilyn et le téléphone c’est également une longue histoire ; elle l’utilisait très souvent et c’est ce qui lui permettait d’être reliée au monde, à ses amis, de jour comme de nuit. Ce serait aujourd’hui, elle aurait été une des premières à avoir un portable !

* Fin des années 40- début 50, dans des pubs :

pub2.jpg pub1.jpg

* En 50, dans As Young as you feel (sorti en 51) :

y3.jpg y2.jpg y1.jpg

* Divers années 50 :

inc2.jpg inc1.jpg

ptop080455.jpg pp080455.jpg là, je crois que c’est pendant le tournage de « Person to person » chez les Greene, le 8 avril 55.

 

110.jpg 210.jpg 38.jpg 1.jpg

 

* le 9 septembre 54, au St Regis Hôtel, où elle logeait pendant le tournage de 7 ans de Reflexion ; photos Sam Shaw :

a.jpg abis.jpg b.jpg 

c.jpg cbis.jpg e.jpg g.jpg h.jpg

d.jpg f.jpg i.jpg

* A Amagansett, la maison de Miller dans le Connecticut, été 57 (toujours Sam Shaw):

s10.jpg s9.jpg s8.jpg s7.jpg

s6.jpg s5.jpg s4.jpg s3.jpg s2.jpg

* Le 6 août 55, lorsqu’elle s’était rendue au musée Lincoln à Bement, dans l’Illinois (photos Eve Arnold) :

48.jpg 47.jpg 50.jpg 49.jpg

* Dans Some Like it Hot :

somelike.jpg

* En juillet 62, durant la fameuse sublime séance de Barris :

11.jpg 1b.jpg 1c.jpg 1d.jpg 1e.jpg

2.jpg 3.jpg 4.jpg 3b.jpg 4b.jpg

4c.jpg

* Des règlements et notes de téléphone :

n0755.jpg n.jpg c1.jpg c2.jpg

 

à suivre…

22 août, 2011

EXCLUSIF ! Hôtel dédié à Marilyn !

Classé dans : HÔTEL MARILYN,NEWS DIVERSES,Non classé — marilynetlouisXIV @ 15:10

Bonjour à toutes et à tous !

 Et, oui, LA nouvelle de l’année, en l’espèce l’ouverture prochaine d’un hôtel parisien 3 * dédié à notre chère Marilyn et au cinéma des années 50.

Cet hôtel se situe dans le 15° et voici le lien pour leur site (compte à rebourd pour le moment !) http://www.platinehotel.fr/  ce qui vous permettra d’avoir une petite idée.

Le Platine Hôtel  ouvrira ses portes dans quelques jours ; on comptera une quarantaine de chambres dont la déco sera basée sur 4 thèmes, tous autour de Marilyn :

*  « Hollywood«   en noir et blanc, façon spot de plateaux de cinéma et bobines de films et énormes photos noir et blanc de Marilyn au dessus du lit ; quelques petites touches de couleurs pour une chaise ou un bibelot

*  « Marilyn » en rouge et blanc, lit rond, photos couleur de Greene au mur

* « N°5«   en noir et or, moquette avec les fameux chiffres 5 (mais impossible de faire figurer Chanel), photos de Feingersh au mur lorsqu’elle se parfume avec le fameux parfun maq10.jpg

* « Roses«   en rose et noir, avec de grosses roses roses en impression sur la moquette, pour rappeler la séance de Bert Stern  stern05.jpg

 

Un petit entrefilet sur l’hôtel a déjà été placé dans le dernier numéro de Gala : galadu180811.jpg

 

Toute l’infrastructure de l’hôtel rappellera non seulement Marilyn mais également le cinéma des années 50 (par exemple chaises de producteur et claps dans la salle de petit déjeuner), des objets, des photos, des affiches..,  et dans le hall de l’hôtel, on pourra voir un énorme pêle mêle qui prendra tout un mur et sera constitué de toutes sortes de documents, photos, unes de journeaux, sur Marilyn.  Et là, ça, ça vient de moi !

Et oui ! c’est pour cela que je suis si émue en vous parlant de l’ouverture prochaine de cet hôtel !  il y a quelques mois, la personne en charge de ce projet m’a contactée pour m’y associer !  enfin, un tout petit peu et seulement « artistiquement » ! mais quand même ! imaginez ma joie ! et de là, j’ai donc humblement amené ma petite contribution à la déco de ce merveilleux hôtel ! Et savoir que dans le hall il y a un peu de moi, ça fait tout drôle, je peux vous l’assurer !!!!  Et désolée de ne pas vous en avoir parlé plus tôt, mais confidentialité oblige…! je n’avais pas le droit !

En tout cas, ça va être magnifique ! la personne qui s’est occupée de tout cela a acheté beaucoup de photos à Stern, Barris, De Diennes, Greene…. 

Après de nombreuses péripéties, l’ouverture aura donc lieu dans les premiers jours de septembre et la soirée presse, comm, etc..  se fera vraissemblablement en octobre.

Inutile de vous dire que j’espère, Ô combien, y être conviée et pouvoir vous ramener un vrai reportage digne de ce nom ! Bon sang de bois, j’espère qu’on ne m’oubliera pas dans la liste des invités !!!!!!

En attendant….. rêvons !  et patientons jusqu’à ce que le site de l’hôtel nous en apporte plus !

A très bientôt,

L.

 

 

 

16 janvier, 2011

Marilyn au cinéma…

Classé dans : NEWS DIVERSES,Non classé — marilynetlouisXIV @ 17:31

560167404.jpg

167404151f1168348c3c5e2e08aae14310b4c3.jpg 1674041681e2674663a83bedf66a1fae0c0646.jpg

Bonjour à tous !

Je reviens du cinéma.  Par le blog de Ginieland, Divine Marilyn, j’avais appris qu’on passait « Poupoupidou ». J’avais lu le sujet, je m’étais dit « Tiens, ça a l’air original » et j’avais vu que c’était avec Jean Paul Rouve, que j’aime beaucoup.

Donc, ma curiosité m’a emmenée voir ce film.

Et je suis ressortie de la salle 2h après en me disant : « Waouh. »  Waouh, waouh, waouh. Génial. Génial. Génial.

C’est très  bien construit, très bien fait, de belles photos, le jeu de Rouve évidemment impeccable et une petite Sophie Quinton (pour ma part, je ne la connaissais pas) mignone et fraîche et qui a le mérite de ne pas tomber dans la caricature de notre Marilyn.  En commun avec elle, hormis la couleur des cheveux, elle a l’innocence, la douceur et la candeur. Et à part une scène (où elle chante), elle n’essaie pas de « se la jouer » façon Marilyn si bien qu’elle est très naturelle et qu’en la voyant tout au long du film, on se dit « Tiens, Marilyn aurait pu être comme ça ».

Les premières minutes du film ? Jean Paul Rouve arrive à Mouthe, dans le Doubs, petite ville du bout du monde, en hiver, sous la neige, pour un héritage (dont il apprend finalement qu’il n’aura rien). En repartant, il voit une ambulance, un brancart avec un corps dont il aperçoit les cheveux blonds, des gens qui pleurent. Le lendemain, en se réveillant dans la chambre d’hôtel et en mettant les infos locales, il apprend que la morte est la star locale, l’égérie d’une marque de fromage fabriqué dans le Jura. Et il va s’avérer que la vie de cette starlette va comporter de troublantes similitudes avec celle de Marilyn, à commencer par sa mort qu’on fait passer pour un suicide et qui, en fait, est pour le moins bizzare.

Jean Paul Rouve, écrivain prostré devant « la page blanche » va alors s’interresser à cette mort étrange et à la victime. Et rester à Mouthes plus plongtemps que prévu. Et vivre une sacrée aventure.

On oscille pendant 2 heures entre rires et émotion.

Si vous ne l’avez pas encore vu, vous pouvez y courrir ! vous ne verrez en aucun cas une blondasse qui essaye desespérement de ressembler à notre Marilyn avec des cheveux platine, une bouche rouge-vulgaire et une voix qui sussure. Non, vous verrez une jeune femme douce, pleine de rêves, un peu perdue parfois,  et qui voulait juste vivre et être aimée.

Bien sûr ce n’est pas en 2h que l’on peut aborder tous les thèmes. Mais il n’en reste pas moins un joli film qui permet de passer un très bon moment moment et qui nous interpelle.

Allez-y et dites moi ce que vous en pensez !

A bientôt,

L.

5 janvier, 2011

Cecil BEATON (1904-1980)

Classé dans : Non classé,Photo. Cecil Beaton — marilynetlouisXIV @ 19:32

Cecil Beaton photographia Marilyn ce jour-là, le 22 février 56, pour le magazine Harper’s Bazaar.

La séance eut lieu à l’Ambassador Hôtel de New york et il en ressort de très jolies photos, comme vous pouvez le constater :

cb11.jpg cb21.jpg cb31.jpg cb41.jpg

cb51.jpg cb61.jpg cb71.jpg cb81.jpg

cb91.jpg m611.jpg

m631.jpg

m651.jpg m681.jpg

m72.jpg

 

Celle-ci était, dit-on, sa préférée ; elle l’a gardait chez elle lorsqu’elle habitait NY avec Miller :

m691.jpg

 

13 octobre, 2010

KENNEDY : LE CLAN

Classé dans : Kennedy — marilynetlouisXIV @ 14:54

Quelques clichés :

bobfranck.jpg

 Bobby et Sinatra, vraissemblablement au début des années 60. Le plus célèbre des Italiens, un des plus talentueux crooner, qui se faisait une place au soleil entre le clan Kennedy et la Mafia, en l’espèce un certain Giancana de ses amis.  Une fourmillière secrète prête à exploser à tous moments comme une vulgaire bombe. Lorsque JFK n’eut plus besoin de lui, il le jeta comme une vieille chaussette, surtout lorsqu’il fut élu président et qu’il ne fut plus question que l’on puisse l’imaginer une seule seconde avec des « filles » et de mauvaises fréquentations…

jfk3.jpg

JFK et Peter Lawford en 61/62.  Ce dernier, acteur moyen, fournissait au président la marchandise (les filles) comme le gîte et le couvert (sa maison de Santa Monica, en bord de plage). Il avait également « fourni » Marilyn et servait de paravent à leur relation, même si l’on sait aujourd’hui que la 1ère rencontre entre Marilyn et JFK eut lieu plusieurs années avant. Il paraîtrait même, selon certaines sources, que lorsque Marilyn habitait NY avec Miller, il arrivait  qu’elle rejoignit incognito JFK dans une chambre d’hôtel.  Mais à prendre avec des pincettes car il y a toujorus une différence entre rumeur et vérité.

Et comme beaucoup de rumeurs ne pourront jamais être vérifiées…

 

* Le 19 mai 1962 était organisée, au célebre Madison Square Garden,  la soirée de gala en l’honneur de l’anniversaire du Président John F. KENNEDY, où fut invitée Marilyn.

msg63.jpg

annivjfk.jpg 

msg88.jpg

Le carton d’invitation :

annivjfkmerci.jpg

Marilyn  accepta également de chanter ce qui allait devenir le mémorable « Happy Birthday Mr Président » à JFK.

Cela lui valut, au mois d’avril, un petit courrier de la Maison Blanche la remerciant chaleureusement d’accepter de venir et de se produire sur scène :

oth5.jpg

Ce soir-là, dans les coulisses du M.S.G., en étole sur sa somptueuse robe. On dit qu’elle était si fine, véritablement comme une seconde peau, qu’il fallut la coudre directement sur elle…

24232635.jpg 24232628.jpg 22797361.jpg 22797244.jpg 22797233.jpg

22786011.jpg 22785942.jpg 22785857.jpg 22785740.jpg 22785673.jpg

22785551.jpg 22785448.jpg 22785400.jpg avec Pat Newcomb, à gauche

22785320.jpg 22785160.jpg 22785097.jpg 22785059.jpg 22785021.jpg

Sa robe et ses chaussures : chauss.jpg robe.jpg

Avec Pat Newcomb, puis, après le « show », avec Peter : savvydesigns200907104304345452original.jpg

savvydesigns2009071043759lalbum2611162203p08021617203743original.jpg savvydesigns2009071044708lalbum2611162203p08021617208863original.jpg thevegaslife20090707121919presidentkennedysbirthday196212original.jpg

Peter Lawford fit monter Marilyn sur scène, avec son fameux « the late Marilyn Monroe »  qui signifie  « la retardataire Marilyn Monroe » car il l’avait déjà appelée à plusieurs reprises sans qu’elle ne vienne (elle buvait du champagne dans sa loge en essayant de calmer son trac mais qui, en fait, la saoûla complètement !) mais qui peut également signifier « la regrettée.. »  lorsque l’on parle de quelqu’un qui est décédé…

22798440.jpg 22798451.jpg 22798489.jpg 22798671.jpg 41876596.jpg

22798528.jpg au premier rang, au milieu, le Président.

 

S’ensuivit une fête privée chez des amis, dans l’East Side, à New York,  Mr Arthur et Mme Mathilde Krimm, où se trouvèrent nombre de personnalités. Entre autre, sur les photos, on voit Marilyn discuter avec Maria Callas.

22782900.jpg

22783104.jpg 22783284.jpg 22783385.jpg 22783627.jpg

22783828.jpg 22783868.jpg 22783935.jpg 22784109.jpg

22784169.jpg 24232592.jpg

Il y avait toujours beaucoup de gardes du corps et autres protecteurs autour des Kennedy. Mais il y en avait aussi qui étaient chargés de veiller à ce que surtout aucune photo de soit prise d’eux avec Marilyn.

La seule, connue à ce jour, qui ait échapée à leur surveillance (à moins qu’un jour on en retrouve d’autres… qui sait?) :

jfk19mai1962.jpg  22782699p.jpg

 

Ce soir là également, Marilyn offrit son petit cadeau à JFK : une montre en or Rolex

et un poème. Lorsque son aide de camp, Kenneth O’Donnell donna au Président son présent,

celui-ci aurait déclaré « Débarrassez-vous en « .  A priori, chose que n’aurait pas fait Mr O’Donnell

puisque la montre a été vendue aux enchères en 2005 pour la modique somme de 125 000 $..

22798817.jpg cadeaudemarilynannivjfk.jpg  Au dos de la montre, Marilyn avait fait graver la date et  « Avec tout mon amour pour toujours »…

Elle lui aurait aussi fait une aquarelle, mais pour une raison inconnue, ne l’a pas offerte.aquarellemmpourjfknonofferte.jpg

 

 

 

12 octobre, 2010

Classé dans : Année 1962 — marilynetlouisXIV @ 18:24

JANVIER démarre avec l’acquisition de sa maison à Fifth Helena Drive (voir la fiche correspondante)

Marilyn était très fière d’être, pour la première fois de sa vie, propriétaire.

25536459m.jpg

Le 20 janvier, un samedi soir, elle se rendit à une fête donnée par le producteur Henry Weinstein et y rencontra le poète Carl Sandburg :

113.jpg 210.jpg 33.jpg 43.jpg 53.jpg

63.jpg 71.jpg 82.jpg

92.jpg 102.jpg 112.jpg

122.jpg 132.jpg 143.jpg 152.jpg

173.jpg 162.jpg 183.jpg 191.jpg

LE  5  MARS, elle reçoit le Golden Globe de  » l’actrice préférée dans le monde durant l’année 1961″. C’est Rock Hudson qui lui remet son prix.

Elle se rend à la soirée dans une somptueuse robe vert émeraude dans laquelle elle rayonne, et au bras de José Balanos, un réalisateur mexicain rencontré lorsqu’elle se rendit au Mexique pour faire quelques achats de meubles et objets de décoration, pour sa nouvelle maison.

m6.jpg m12.jpg 143.jpg 97.jpg 104.jpg 

67.jpg 120.jpg 218.jpg 314.jpg 412.jpg

58.jpg 77.jpg 86.jpg 1111.jpg 123.jpg 154.jpg

163.jpg 173.jpg 183.jpg 133.jpg 193.jpg

m12.jpg m21.jpg m31.jpg m42.jpg m71.jpg m134.jpg

m14.jpg m211.jpg

 

 LE  18 MAI, et contre l’avis de la production de Something got to give qui en avait assez de ses absences, Marilyn prend l’avion et s’envole vers New York pour répéter son « Happy Birthday » qu’elle chantera devant le président JFK pour son anniversaire, le lendemain, le 19 mai (voir fiche Kennedy) :

119.jpg 216.jpg 313.jpg 411.jpg

57.jpg 66.jpg 76.jpg 7b.jpg

7c.jpg 142.jpg 153.jpg 162.jpg 172.jpg

182.jpg 192.jpg 201.jpg 217.jpg

85.jpg 96.jpg 103.jpg 1110.jpg

122.jpg 132.jpg

 

LE  1er  JUIN,  Marilyn fêta son 36ème anniversaire sur le plateau de Something’s got to give :

cbirth1.jpg Sa carte d’anniversaire signée par toute l’équipe

 m11.jpg m2.jpg m3.jpg m4.jpg

m7.jpg m8.jpg urodziny01.jpg urodziny03.jpg urodziny04.jpg

urodziny06.jpg urodziny10.jpg urodziny11.jpg urodziny12.jpg urodziny14.jpg urodziny17.jpg

urodziny15.jpg urodziny16.jpg urodziny18.jpg urodziny20.jpg 

urodziny21.jpg urodziny26.jpg urodziny27.jpg urodziny28.jpg 

urodziny30.jpg

 

LES  27-29 JUILLET, Marilyn passa le week end au Cal Néva Lodge, sur les bords du lac Tahoe. C’était un complexe hôtelier  qui avait la particularité de se trouver pile à cheval entre le Névada et la Californie. Et comme le Névada autorise les jeux, l’hôtel pouvait ainsi se prévaloir d’un casino.

Le club appartint à Franck Sinatra de 1960 à 63 et fut dirigé par Paul d’Amato, celui-là même qui dirigeait auparavant le Thunderbird appartenant à Sam Giancana, la parain de la Mafia.

Marilyn y passa donc le dernier WE de sa vie, en compagnie, entre autre, de Sinatra et Peter Lawford.

124.jpg 219.jpg 

315.jpg  413.jpg le bungalow où elle aurait séjourné

59.jpg 68.jpg 78.jpg 87.jpg

98.jpg 105.jpg 1112.jpg 125.jpg

12
 

CABINE OF THE DEAD |
film streaming |
inderalfr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manga-zone
| les HIERARCHIES divines
| Pivotfj