PASSION MARILYN M.

Bienvenue sur mon blog dédié à l’éternelle Marilyn

10 avril, 2012

Whitey et Agnès

Classé dans : NEWS DIVERSES — marilynetlouisXIV @ 7:52

Bonjour à toutes et à tous !

Je repensais à cette vente aux enchères de chez Julien, avec notamment beaucoup de choses venant de la succession de Allan « Withey » Snyder, le maquilleur de Marilyn.

Et je voulais lui rendre un petit hommage, ainsi qu’à sa « collègue »  Agnès Flanagan, car tous deux ont été très proches de Marilyn, et amis, et ce durant de longues années.

Agnès Flanagan (1902-1985) a connu Marilyn sur le tournage de Fireball, en 1950 ; puis elle reviendra dans sa vie pour ne plus la quitter, lors des tournages de Some Like it hot, Let’s make love, The Misfits et Something’s got to give. D’abord coiffeuse à la Fox, elle devint par la suite la coiffeuse personnelle de Marilyn, donc non seulement pour ses films mais également au quotidien, pour les séances photos (on la voit avec Whitey durant la fameuse séance de Barris) ainsi que pour les sorties et soirées de la belle.

Marilyn l’aimait beaucoup et savait le lui montrer.

 

    Whitey et Agnès dans NEWS DIVERSES f2-150x121  f7-150x99 dans NEWS DIVERSES

 f4-150x128 f11-150x113

f5-150x120 f6-150x112

f3-150x116 aux funérailles de Marilyn

 

Whitey Snyder (1914-194), quant à lui, rencontra Marilyn pour la première en 46, à la Fox où il était maquilleur et où elle venait pour faire un bout d’essai. Dés lors ils ne se quittèrent plus et il la maquilla en totues occasions, pour les tournages comme pour les séances photos ou les sorties.

Comme pour Agnès, ils devinrent très amis jusqu’à la fin. C’est d’ailleurs lui qui eu la charge de « préparer » Marilyn pour ses funérailles (à sa demande plusieurs années auparavant)

Beny41

w1-114x150 w2-103x150 w3-111x150 w4-116x150 

w5-150x94 w6-150x119 w7-150x110 w8-107x150

w9-139x150 w10-132x150 

 Rares ont été, dans l’entourage de Marilyn, parmi ses proches, des personnes aussi sincères et désintérressées qu’Agnès et Whitey. Et ils furent très marqués par la disparition de Marilyn…

A bientôt pour d’autres nouvelles.

L.

20 novembre, 2011

Histoire de robe !

Classé dans : Non classé — marilynetlouisXIV @ 18:22

Bonjour à toutes et à tous !

Voici, ci-dessous, une petit article sympathique sur l’histoire de la fameuse robe en lamé or de notre belle, un des chef d’oeuvre de Mr Billy Travilla, comme chacun sait, est une des tenues qui immortalisa notre blonde préférée..

Sur le blog  « soyons suave « .

Alors bonne lecture à vous et… soyez suaves !

à bientôt,

L.

 

Les très suaves heures de l’histoire contemporaine : le jour où Marilyn mit une robe lamée.

 

Histoire de robe ! Mmlame 

Le 9 mars 1953, afin de recevoir le prix de « La nouvelle star de l’année » que venait de lui décerner le magazine Photoplay, Marilyn Monroe se rendit au Beverly Hills Hotel moulée dans une robe plissée lamée prétendument cousue sur elle puisqu’elle ne possédait ni bouton ou fermeture éclair. La légende prétant que Marilyn ne put enfiler la chose qu’après des heures d’irrigation colonique mais cette rumeur n’est pas assez suave pour que nous la colportions ici.

L’histoire est en tout cas célèbre : cette robe, largement ouverte dans le dos et à l’origine décolletée jusqu’au nombril mais là quelque peu relevée, fit le lendemain la une de toute la presse et déclencha la fureur de Joan Crawford, qui entama une croisade très médiatique contre Marilyn et la déchéance morale qui, de toute évidence, guettait Hollywood. Marilyn fut, déclara-t-elle, meurtrie par une telle attitude, d’autant qu’elle estimait Joan, si gentille avec elle au début de sa carrière…

MMlame19532
MMlame19533

 

Marilyn accéda ce jour là à une notoriété qui ne s’arrêtera jamais et la robe contribua à faire de la « vedette de l’année » une icone, une robe dont elle est désormais totalement indissociable : c’est d’ailleurs la tenue la plus vendue de la Barbie Marilyn, juste devant la robe blanche de « 7 ans de réflexion ». Une robe donc, que Marilyn faillit pourtant ne pas porter. Une robe qui a une histoire, que nous allons à présent vous raconter.

Tout commence en 1951 dans les studios de la Fox où le jeune chef costumier, William Travilla, transpire sur le prochain film de Ginger Rogers, « Dreamboat ». Travilla, auréolé d’un oscar pour son travail chez Warner sur « Les aventures de Don Juan » avec Errol Flynn était entré à la Fox en 49. Et il était encore sous le charme de sa récente rencontre avec une jeune starlette du studio, une certaine Marilyn Monroe qu’il habillera dans 8 films mais il l’ignore encore.

MMlamedreamboat

MMlamegingerdreamboat

Travilla était en tout cas assez fier de la robe lamée qu’il venait de créer pour Ginger, une robe à fines bretelles, plissée et agrémentée d’un pan en biais, qu’on jugera d’ailleurs si spectaculaire qu’elle figurera sur l’affiche. Devenus amis et peut-être un temps amants, Marilyn demandera à Travilla de lui créer une robe similaire si d’aventure ils étaient amenés à travailler ensemble ce qui ne tardera pas : ils sont tous les deux au générique de « Troublez-moi ce soir » et « Chérie je me sens rajeunir », ne serait-ce qu’en 1952.

Mais dans ces deux productions, Marilyn n’a pas de rôle lui permettant le glamour du lamé, ce qui change lorsqu’ils signent pour « Les hommes préfèrent les blondes », qui s’annonce comme un festival de fourreaux pailletés, de tailleurs doublés de vison et de robes du soir spectaculaires. Le lamé peut faire son retour et c’est d’ailleurs le même modèle dessiné un an auparavant pour Ginger que Travilla propose d’abord, au milieu des dizaines de croquis soumis à la production, avant de le modifier pour le rendre original.

Mmlame5

MMlame1

Considérant Marilyn comme la muse qu’il cherchait désespérément, Travilla va créer des modèles sublimant son corps sculptural, repoussant parfois de beaucoup les limites imposées par la censure qui va cependant exiger de larges retouches en raison d’un calendrier, pour lequel Marilyn a posé nue alors qu’elle n’était encore qu’une inconnue et dont les clichés viennent mystérieusement de ressortir.

MMlamecalendrier

Dans un élan de panique, la Fox demande à Travilla de revoir tous les costumes de Marilyn et c’est ainsi, par exemple, que le modèle, crée pour le numéro « Diamonds are a girl’s best friend », à l’origine très suggestif et pratiquement transparent, sera remplacé en catastrophe par un fourreau rose qu’il n’est plus nécessaire de présenter.

MMlameoriginal

MMlamepink

Quant à la fameuse robe lamée fortement échancrée, elle ne sera utilisée que lors d’une brève séquence, filmée de dos, c’est du moins ce qui survécut au montage quand les photos de tournages nous la présente dans un angle bien plus révélateur. C’était pourtant un fort beau modèle, prêt désormais à regagner les archives costumes de la Fox, un modèle destiné donc à disparaître.

MMlamecapture

MMlame6

Mais en 1953, alors que le tournage des « Hommes préfèrent les blondes » est en train de s’achever, Marilyn, qui commence à collectionner les prix comme « l’actrice la plus populaire de l’Arkansas » ou « La meilleure amie des diamants » par l’Association des Bijoutiers Californiens doit recevoir celui décerné par le Club de la Presse de Los Angeles.

Alors qu’une cérémonie a lieu en ville, les photos de presse sont réalisées dans les studios de la Fox et pour l’occasion Marilyn fait ressortir la fameuse robe défendue afin d’accueillir le très redouté échotier Walter Winchell qui, face à elle, ne semble pas terrifiant. Et si vous vous demandez pourquoi il tripote des boules de billards, il s’agit en fait du prix de l’actrice la plus appréciée.

MMlamewalterwinchell

Visiblement toujours amoureuse de la robe, lorsqu’un mois plus tard Marilyn doit se rendre au Beverly Hills Hotel pour la soirée Photoplay, c’est sur elle que son choix se porte mais cette fois-ci, Travilla refuse de la lui prêter. Jugeant qu’il s’agit d’un costume de film n’ayant rien à voir dans la vraie vie, il tente de la convaincre de porter quelque chose de plus sobre. C’est auprès de Zanuck lui-même, patron de la Fox, ravi par le premier montage des « Hommes préfèrent les blondes » que Marilyn insiste et elle obtient ce qu’elle veut, faisant juste remonter le décolleté du nombril à la naissance des seins.

De toutes les façons il est trop tard pour arrêter l’ascension du lamé. Devant la couverture de presse reçue par Marilyn et sa robe, une séance photo est demandée afin d’accompagner la sortie du film. Marilyn est partout et sa robe aussi.

MMlamepress2
MMlamepresse3
Mmlamepress

Bientôt les tournages reprennent et Marilyn et Travilla vont continuer de travailler ensemble. Leur amitié durera jusqu’à la mort de l’actrice pour laquelle il dessinera les costumes les plus marquants, de « La rivière sans retour » à « Bus-stop » jusqu’à bien sûr, cette petite chose blanche qui se vendit plus de 4,5 millions de dollars il y a quelques mois à Los Angeles lors de la vente Debbie Reynolds.

MMlamemarilyn-and-travilla
Mmlameseven

Qu’advint-il de la robe ? Pour sa part, elle ne finit pas sa carrière immédiatement puisqu’on l’aperçut régulièrement portée par d’autres vedettes maison, agrandie ou rétrécie selon l’actrice mais toujours lamé et toujours plissée, sauf peut-être sur Jayne Mansfield pour cause de manque d’élasticité du tissu.

MMlamejayne4
MMlamebetty
MMlameJeanneCrain 

Et Hollywood sachant recycler mieux que personne, même le costume prévu initialement pour « Diamonds are a girl’s best friend » fut modifié et porté par Sheree North, rivale de Marilyn à la Fox dans « La blonde fantôme » en 55, projet refusé par Marilyn.

MMlameBillyTravillaSherriNorth
 

La robe lamée prit enfin une retraite paisible dans les années 70 entre les mains d’un collectionneur. Celle qui circule dans les expositions n’est en fait qu’une copie, réalisée tout de même par Travilla. Celui-ci consacra 10 ans de sa vie à promener ses créations pour Marilyn à travers la planète, jusqu’à ce qu’on le sauve de la retraite en lui confiant la garde-robe des femmes de « Dallas » et les soutanes des « Oiseaux se cachent pour mourir ».

En 1979, le couturier britannique Anthony Price, l’homme derrière le look parfait de Bryan Ferry et Roxy Music haussa les sourcils lorsqu’on lui demanda si sa dernière création couture était un hommage à la fameuse robe lamée de Marilyn. Et il balaya la comparaison en précisant que celle de l’actrice était or alors que la sienne brillait d’un bronze éclatant.



 

C’est vrai, cela n’a rien à voir… Étrangement, personne n’osa le rapprochement lorsque Michelle Obama présenta un modèle pourtant plissé, pourtant lamé, pourtant or à la présentation de la ville de Chicago pour les Jeux d’Hiver 2016. C’était pourtant bien tenté. Désolés Michelle. La prochaine fois peut-être ?

 

MMlamemicheleobama

 

Une robe, ce n’est jamais qu’un peu de tissu et un peu de fil. Belle carrière quand même pour si peu de choses… mais si jolies et si bien portées.

5 octobre, 2011

Marilyn et la lecture

Classé dans : MARILYN et la lecture — marilynetlouisXIV @ 8:19

Il aura fallu le livre  « Fragments » sorti en octobre dernier, receuillant des textes et poèmes de Marilyn, pour que le grand public s’aperçoive que… Marilyn lisait ! Eh ben oui ! n’en déplaise à ses détracteurs qui, encore aujourd’hui, la prennent pour une blonde idiote évaporée.

Alors bien sûr, sur plusieurs des photos jointes on la voit souvent lire les scipts ; mais il n’empêche. Ceux qui, comme nous, la connaissent et l’aiment savent bien que, oui, elle lisait beaucoup et avait une grande soif d’apprendre et une grande soif de culture.

 

* Dans son appartement de Doheny Drive, au début des années 50 (photos Dave Cicéro) :

d2.jpg d3.jpg d4.jpg d5.jpg

* Vers 1950, dans une librairie (photos De Diennes) :

ddiennes2.jpg ddiennes.jpg

* Divers, années 50 (sur les plateaux, dans une pub, chez elle, chez Natasha Lytess) :

div1.jpg div3.jpg div2.jpg div4.jpg div5.jpg

div6.jpg div7.jpg div8.jpg div9.jpg div9bis.jpg div10.jpg

div11.jpg div12.jpg div13.jpg div14.jpg div15.jpg

div16.jpg div17.jpg pub.jpg

* En 50, la séance de Ed Clark :

ed1.jpg ed2.jpg

* En 1955, par Eve Arnold :

eve1.jpg eve3.jpg eve5.jpg

eve2.jpg eve6.jpg eve7.jpg

eve8.jpg eve9.jpg

* Toujours 55, par Ed Feingersh :

fein2.jpg fein3.jpg feing1.jpg

* Pendant le tournage de Niagara :

n1.jpg n2.jpg n2.jpg

n3.jpg n4.jpg

* sur le tournage des Misfits :

misf.jpg

* sur celui de something’s got to give :

sgtg1.jpg

 

à suivre…

30 septembre, 2011

Marilyn et le téléphone

Classé dans : MARILYN et le téléphone — marilynetlouisXIV @ 17:26

Marilyn et le téléphone c’est également une longue histoire ; elle l’utilisait très souvent et c’est ce qui lui permettait d’être reliée au monde, à ses amis, de jour comme de nuit. Ce serait aujourd’hui, elle aurait été une des premières à avoir un portable !

* Fin des années 40- début 50, dans des pubs :

pub2.jpg pub1.jpg

* En 50, dans As Young as you feel (sorti en 51) :

y3.jpg y2.jpg y1.jpg

* Divers années 50 :

inc2.jpg inc1.jpg

ptop080455.jpg pp080455.jpg là, je crois que c’est pendant le tournage de « Person to person » chez les Greene, le 8 avril 55.

 

110.jpg 210.jpg 38.jpg 1.jpg

 

* le 9 septembre 54, au St Regis Hôtel, où elle logeait pendant le tournage de 7 ans de Reflexion ; photos Sam Shaw :

a.jpg abis.jpg b.jpg 

c.jpg cbis.jpg e.jpg g.jpg h.jpg

d.jpg f.jpg i.jpg

* A Amagansett, la maison de Miller dans le Connecticut, été 57 (toujours Sam Shaw):

s10.jpg s9.jpg s8.jpg s7.jpg

s6.jpg s5.jpg s4.jpg s3.jpg s2.jpg

* Le 6 août 55, lorsqu’elle s’était rendue au musée Lincoln à Bement, dans l’Illinois (photos Eve Arnold) :

48.jpg 47.jpg 50.jpg 49.jpg

* Dans Some Like it Hot :

somelike.jpg

* En juillet 62, durant la fameuse sublime séance de Barris :

11.jpg 1b.jpg 1c.jpg 1d.jpg 1e.jpg

2.jpg 3.jpg 4.jpg 3b.jpg 4b.jpg

4c.jpg

* Des règlements et notes de téléphone :

n0755.jpg n.jpg c1.jpg c2.jpg

 

à suivre…

24 août, 2011

Marilyn à la plage…

Classé dans : MARILYN et la plage — marilynetlouisXIV @ 17:19

Marilyn et la plage, c’est une grande histoire !

Et cela commença dés son plus jeune âge. Voyez plutôt…

 * Tout bébé, en 1926-29 :

bb293.jpg bb3.jpg bb29.jpg bb292.jpg

* Puis adolescente et jeune fille :

ado2.jpg ado3.jpg

Avec sa mère, sa soeur Berniece et la fille de celle-ci, Mona Rae

(Merci Paradise !)

ado1.jpg ado5.jpg 

 ado6.jpg

 

cat2.jpg catalina1.jpg sur Catalina Island, à 16 ans

 

* Entre 45 et 50, Les premièrs pas devant l’objectif, époque de la Blue Boock Agnecy et premières pub, premières séances avec De Diennes, quand elle était encore brune  :

j1.jpg j2.jpg j5.jpg 

j3.jpg j6.jpg j7.jpg j8.jpg

avec une troupe de théâtre locale : j12.jpg j13.jpg 

j14.jpg  j16.jpg j21.jpg

j23.jpg j25.jpg j26.jpg j27.jpg

  j24.jpg j9.jpg j10.jpg j11.jpg

m152.jpg dediennes.jpg (voir fiche De Diennes)

normadiennes53.jpg

* En 50, la très jolie séance d’Anthony Bauchamp :

bchmp9.jpg bo9.jpg bo1.jpg bo2.jpg bo3.jpg

bo4.jpg bo5.jpg bo6.jpg bo7.jpg 

emmicamille2009080391427bchmp46original.jpg bo8.jpg  bo11.jpg bo12.jpg bo13.jpg

 bo10.jpg bo14.jpg bo15.jpg 

 

* Dans les années 50, auteurs anonymes (ou du moins, que je n’ai pas trouvés !) :

j15.jpg j20.jpg j17.jpg j22.jpg

j18.jpg j19.jpg 1951 : celles-ci étaient destinées à Photoplay

à Long Island, peut-être Juin 55 ; car elle porte le même maillot que lorsqu’elle fait la cession de photos avec Greene dans la piscine de sa maison du Connecticut, en juin 55

 li551.jpg li552.jpg li554.jpg

liaot55.jpg li553.jpg

Greene : untitled1.jpg

Pour une pub en 51 :  anon3.jpg  

 

là, je sèche…! anon1.jpg anon4.jpg anon5.jpg anon7.jpg je connais les photos mais n’ai pas encore retrouvé leur provenance !

* La fameuse série de Sam Shaw (voir sa fiche) : m15.jpg m11.jpg

m6.jpg m7.jpg m8.jpg m9.jpg

 

* En 59, sur le tournage de Certains l’aiment chaud :

hot11.jpg hot12.jpg hot10.jpg hot9.jpg hot8.jpg

hot7.jpg hot6.jpg hot5.jpg hot4.jpg hot2.jpg 

 

* En 60, sur le tournage des Misfits :

mi9.jpg 

 mi8.jpg loreleilee2009070665955misfits105original.jpg mi11.jpg mi10.jpg loreleilee200907067191730294664moriginal.jpg 

mi1.jpg mi4.jpg  mi6.jpg mi3.jpg

 

* En mai 61, en Floride, sur Redington Beach, avec Joe DiMaggio:

60jdm1.jpg joe603.jpg 4flo61.jpg

joe60.jpg joe601.jpg

 

* Fin juillet 62, la si belle et si célèbre séance de Barris :

123.jpg 114.jpg 223.jpg 34.jpg

93.jpg 103.jpg 331.jpg 213.jpg

153.jpg 1621.jpg 184.jpg (voir la fiche Barris)

163.jpg 

 

à suivre ….

Marilyn avec des lunettes de soleil….

Classé dans : MARILYN et les lunettes noires — marilynetlouisXIV @ 15:38

On ne la voit que très peu les yeux cahcés…. et c’est tant mieux !

* Divers clichés durant les années 50, beaucoup pris sur le vif par Jim Haspiel, son « fan fidèle » !

h15.jpg h14.jpg h12.jpg h13.jpg h11.jpg

h10.jpg h9.jpg h8.jpg h7.jpg

h6.jpg h3.jpg h2bis.jpg h1.jpg h2.jpg

 

* La fameuse séance avec Feingersh (voir sa fiche correspondante) durant la dernière semaine de mars 55, à New York :

fineg.jpg feingersh.jpg fein2.jpg fein.jpg

 

* En 56-57, avec Arthur Miller :

mil.jpg mil2.jpg mil4.jpg mill3.jpg

 

* Durant la cession « Arizona » de Milton Greene (voir la fiche de Greene) :

arizona.jpg

 

* Avec Joe DiMaggio, en 54 et en 61 :

dm54.jpg en sept. 54, à L.A. et en arrivant de New York où Marilyn venait de terminer le tournage de  7 ans de Reflexion. Quelques semaines plus tard leur mariage prenait fin.

En mai 61, Joe emmène Marilyn en Floride pour qu’elle se repose ; il l’emmène voir le camp d’entraînement des Yankees, puis ils vont profiter de la plage à Redington Beach.

dm5.jpg dm2.jpg dm3.jpg 

dm4.jpg dm4.jpg dm1.jpg 

4flo611.jpg 3flo61.jpg

 

* En 60, en arrivant à l’aéroport de Réno, dans le névada, pour le tournage des Misfits :

misf1.jpg misf2.jpg misf3.jpg

 

* En août 61, sur le bâteau de Sinatra :

sinaot61.jpg sinatra0861.jpg

 

* En janvier 62, chez Henry Weinstein, lors d’une soirée avec le poète Carl Sanburg (voir la fiche 1962) :

karljanv62.jpg

 

* Le 18 mai 62, à la répétition pour la soirée de Gala d’anniversaire de JFK (voir sa fiche et celle du MSG) :

msg2.jpg msg1.jpg

 

à suivre….

 

5 août, 2011

J-2 avant la vente aux enchères du porno faussement attribué à Marilyn…

Classé dans : NEWS DIVERSES,Non classé — marilynetlouisXIV @ 8:35

Bonjour à toutes et à tous,

Comme je vous en ai déjà parlé ces deux dernières semaines, cette courte vidéo pornographique, faussement attribuée à notre belle, sera donc bien mise en vente aux enchères après-demain.

Pour le moment, pas de réaction au démenti réalisé par nos soins (avec Mary du FCMM France – qui l’a envoyé par mail à l’AFP, les 1ers à avoir diffusé l’info sur la vente-  et Ginnie de DIVINE MARILYN) et que je vous retranscris ici dans sa totalité :

 

OBJET : VENTE A BUENOS AIRES D’UNE « PSEUDO VIDEO PORNO » de MARILYN MONROE

Madame, Monsieur,

 Nous sommes un collectif de plusieurs groupes de fans de Marilyn, sous l’egide du : CLUB MARILYN MONROE FRANCE.

              Nous esperons que ce mail sera suffisamment pertinent pour retenir votre attention !

Nous sommes outrés, revoltés et indignés de découvrir que, pour la énième fois, des medias de toutes sortes se delectent a diffuser un tissu de mensonges tel que cette vente aux encheres d’une video pornographique attribuee a Miss Marilyn Monroe.

Aussi nous voyons-nous dans l’obligation aujourd’hui de publier UN DEMENTI FORMEL.

En effet :

- Miss Monroe n’a jamais tourne de film pornographique. Cela fait plus de trente ans qu’on lui attribue ce genre de role dans diverses œoeuvres cinematographiques de bas etage, sans pour autant les verifier convenablement, dans le seul but de flatter les bas instincts d’un public credule.

- Dans le cadre de la video dont il est question aujourd’hui, non seulement ce n’est pas Miss Monroe, mais de surcroit il s’agit d’une inconnue ne lui ressemblant en rien, ce qui aurait du alerter le moindre journaliste un tantinet observateur !

Voici 5 photos de Marilyn, a peu pres a l’epoque concernee :

                d12.jpg d22.jpg d32.jpg d42.jpg d51.jpg

  

 Et voici maintenant 5 captures d’ecran de la video porno :

 d62.jpg  d72.jpg d82.jpg
 d9.jpg d10.jpg
 
Il n’est pas difficile de voir que l’actrice porno est grasse, avec une poitrine tombante, son visage est carre, ses yeux sont petits et ses sourcils epais.

Il n’est pas difficile de voir que Marilyn possede un joli visage plus avenant, une silhouette et une taille fines et de petits seins. Ses cheveux sont plus longs (elle ne les coupera que quatre ans plus tard).

Ce n’est pas difficile a voir, parce que CELA CREVE LES YEUX !

- Cette video devant etre mise en vente aux encheres, lors de la Foire Internationale des Collectionneurs Cinephiles a Buenos Aires le 7 aout prochain, pour une mise a prix de 500 000 $, nous sommes amenes a nous demander s’il ne s’agit pas, des lors, de ce que l’on appelle un « faux et usage de faux » ?

- Mr Mikel BARSA, instigateur de cette vente, espere meme en tirer jusqu’a 1 million de dollars !
Il se targue de posseder des courriers de l’INSTITUT du FILM AMERICAIN (l’équivalent de notre Centre National de la Cinematographie) authentifiant cette video, comme si c’etait un gage de garantie indubitable
Or, nous avons retrouve les originaux de ces courriers, datant de 1996 (voir pieces jointes). courrier2.jpg courrier1.jpg

Vous vous apercevrez, comme nous, que l’Institut ne s’avance que tres mollement, indiquant simplement que « ce n’est pas tres clair », et, que si ce n’est pas Miss Monroe alors cette fille est un « look alike », c’est-a-dire : « un mauvais sosie ». Ce qui a ete traduit librement dans la presse française par : « si ce n’est pas Marilyn, c’est sa soeur jumelle ». (etrange, non ?)… Et de renvoyer le vendeur a un fan club californien qui n’existait plus depuis longtemps !

- De plus, ledit Institut, avant de donner cette reponse, a soigneusement fait une copie de la video… alors pourquoi accorder tant de valeur a celle qui va etre vendue ?… D’AUTANT PLUS QU’ON PEUT DEJA LA VISIONNER GRATUITEMENT SUR INTERNET !!!

            Nous vous invitons a prendre 6 minutes pour la regarder :

http://www.vstars.tv/videos/2365/marilyn-monroe-sex-tape.html

-  Mr Mikel BARSA, en affirmant tout cela, en le revendiquant, en s’en vantant alors que c’est si flagrant que cette actrice n’est pas Miss Monroe, se rend complice d’une vaste speculation doublee d’une escroquerie, qui dure depuis plusieurs decennies.

A ce jour, un seul media a ose ecrire, nous citons : « …. Mais il semblerait que l’authenticite de cette video ne soit pas prouvee. Selon le Huffington Post qui cite un expert, Scott FORTNER : « il ne s’agit pas de Marilyn. Son menton n’est pas le meme, ses levres ne sont pas les memes, ses dents ne sont pas les memes ».

Nous vous prions instamment de visionner son excellente demonstration sur :

 http://themarilynmonroecollection.blogspot.com/2011/07/marilyn-monroe-porno-widows-peak-speaks.html

            Dans les annees 70-80, une « video erotique » assez soft (The Apple-Knockers and the Coke) avait ete dans un  premier temps attribuee a Marilyn jeune, ce qui avait deja suscite une vive polemique.
           Mais tres vite, le vrai nom de l’actrice avait ete divulgue : c’etait Arline HUNTER, starlette qui a bati toute sa carriere      sur sa vague ressemblance avec la star (hormis ses seins enormes !)..

 d111.jpg

            En ce qui concerne la video incriminee aujourd’hui, malgre nos nombreuses recherches sur internet, nous n’avons pas    pu retrouver l’identite de l’actrice porno et de son pietre compagnon de debauche. Il s’agissait sans doute d’amateurs anonymes.

             De nos jours, tous les « people » sont quotidiennement victimes d’attaques mensongeres et calomnieuses… C’est devenu si courant que l’on n’y fait plus attention ! Ces scandales nous amusent meme ! Madonna, Paris Hilton ou autres personnalites plus ou moins connues, que nous importe ? Cela nous fait passer le temps chez le coiffeur ! Mais la, nous ne rions plus ! Car si les vivants peuvent retorquer par un proces retentissant, Marilyn, elle, n’a plus que nous pour la defendre !

LA MEMOIRE, L’INTEGRITE DE MARILYN MONROE NE PEUVENT CONTINUER A ETRE SOUILLEES DE LA SORTE ! Nous, ses fans, nous en sommes les depositaires.

Nous emettons l’espoir qu’une Agence d’envergure telle que la votre aura l’honnetete de verifier les preuves que nous mettons en evidence… et apportera le dementi souhaite !

            N.B : Mr Mikel BARSA est joignable au Centro Cultural Borges de Buenos Aires, ou siegera la Foire :
            (00 54) (011) 5555 549

Nous, Fan Club Marilyn Monroe France, restons a votre disposition pour toutes informations complementaires dont vous auriez l’utilite.
Vous remerciant de votre diligence,

CMMF
 

Bien évidement je vous tiendrai au courant, non seulement des résultats de la vente dés que je l’ai aurai, mais également du bruit que pourrait provoquer ce démenti…!

A très bientôt,

L.

22 février, 2011

John VACHON (1914 – 1975)

Classé dans : Photo. John Vachon — marilynetlouisXIV @ 16:16

John Vachon était un photographe social américain. Il travailla entre autre pour les magazines Look et Life et c’est à ce titre qu’il photographia Marilyn au début des années 50, et notamment sur le tournage de River of no Réturn lors des extérieurs dans les Rocheuses canadiennes. (voir également la fiche de River of no Return)

Voici une quarantaine de photos, dont certaines joliement colorisées et vous pourrez en retrouver d’autres dans la fiche du film.

vachon15.jpg vachon16.jpg vachon28.jpg

vachon17.jpg vachon18.jpg vachon19.jpg vachon20.jpg

vachon21.jpg vachon26.png vachon27.jpg vachon38.jpg vachon1.jpg

vachon39.bmp 

vachon22.jpg vachon23.jpg vachon30.jpg n25.jpg

Avec Joe, qui lui faisait la cours et la rejointe sur le tournage

(d’autres photos dans la fiche Joe DiMaggio et la fiche de River of no Return)

vachon24.jpg vachon29.jpg vachon41.jpg

vachon31.jpg vachon32.jpg vachon35.jpg vachon36.jpg

vachon34.jpg vachon33.jpg vachon37.jpg

D’autres photos sur le tournage : river1.jpg river21.jpg river31.jpg

 

Et avec la colorisation :

vachon1531.jpg vachon253.jpg vachon353.jpg vachon453.jpg

vachon553.jpg vachon6.jpg vachon7.jpg vachon8.jpg

vachon9.jpg vachon11.jpg vachon10.jpg vachon12.jpg vachon13.jpg

vachon14.jpg

123
 

CABINE OF THE DEAD |
film streaming |
inderalfr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Manga-zone
| les HIERARCHIES divines
| Pivotfj